lundi 27 janvier 2014

Carole Baillargeon

Carole Baillargeon
Artistes en résidence / Artists in Residence
(English follows)

Dans mon travail, le corps humain, quoique toujours évoqué, est présent dans l’absence. Cette singularité révèle un jeu mnémonique accentué par le choix des matériaux, le processus de réalisation et le sujet. Des associations d’idées, qui allient des éléments imaginaires et des expériences de source historique, universelle ou individuelle, sont transposées dans des assemblages de matériaux provenant d’objets du quotidien ou de matériaux bruts transformés.

Mon projet de résidence à Sagamie est un laboratoire de recherche qui me permettra de me familiariser avec le médium numérique, tout en continuant une recherche sur la silhouette humaine mise en scène dans des contextes intemporels. Il fait suite au projet des Paysages vêtements constitué de quatre expositions évoquant les saisons et métaphoriquement le cycle de création.

Née à Québec, Carole Baillargeon vit et travaille à Deschambault et à Québec. Elle a complété une scolarité de doctorat en Étude et pratique des arts à l’Université du Québec à Montréal, une maîtrise en arts visuels et un baccalauréat en scénographie à l’Université Concordia à Montréal. En 2000, elle recevait le prix du Rayonnement international décerné par le Conseil de la culture des régions de Québec et Chaudière-Appalaches et en 1993, le premier prix de la Biennale Découvertes. Boursière du Conseil des arts et lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada pour des projets de création, de perfectionnement et de déplacement, elle a à son actif une trentaine d’expositions solo et plus d’une centaine d’expositions collectives présentées au Canada et à l’étranger.

Photo: Érick Labbé
Paysages-vêtements, Hiver

http://www.carole-baillargeon.ca

***************

Carole Baillargeon
Artists in Residence

In my work, the human body is continually evoked, although its presence is always absent. This singularity is the result of a mnemonic game accentuated by the choice of materials, the work process and the subject. Associations of ideas, uniting imaginary elements with historical experiences, both individual and universal, are transposed in arrangements of everyday objects or transformed raw materials.

During my artistic residency at Sagamie, my project will be a research laboratory allowing me to familiarize myself with the digital medium while continuing my exploration of the human silhouette inserted in timeless contexts. This is a follow-up to my Paysages-vêtements project comprising four exhibitions evoking the seasons and, metaphorically, the cycle of creation.

Born in Quebec City, Carole Baillargeon divides her time between Deschambault and Quebec City. She completed her doctoral studies in the Study and Practice of Arts at the Université du Québec à Montréal, a Master’s in Fine Arts and a Bachelor’s in Scenography at Concordia University in Montreal. In 2000, she was awarded the Prix du Rayonnement international by the Conseil de la culture des régions de Québec et Chaudière-Appalaches and in 1993, first prize at the Biennale Découvertes. She has received support from the Conseil des arts et lettres du Québec and the Canada Council for the Arts for her creative work, her research and her travels. Her work has been presented in thirty solo exhibitions and over one hundred group exhibitions in Canada and abroad.

Photo: Érick Labbé
Paysages-vêtements, Hiver

http://www.carole-baillargeon.ca

mardi 21 janvier 2014

Hélène Lord

Hélène Lord
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)

Dans mes dessins, sculptures et installations, j’observe, note, mesure, trace la portée des jours.Tel un paysage aux horizons multiples, c’est à travers l’objet familier empreint d’images et de mémoire que j’essaie de comprendre le monde. Mon regard s’attache particulièrement à l’espace culturel et social, au paysage ainsi qu’au dépaysement. J’observe l’apport fondamental du climat dans la fabrication du quotidien, de l’image de soi et celle de l’autre.

La forme elliptique du fragment me permet de réfléchir à l’identité, à la précarité et l’altérité de la vie humaine. Cette réflexion s’insère dans mon processus de création qui explore les potentialités métaphoriques de l’objet trouvé ou récupéré. Subvertis de leur sens originel, ces petits vestiges du quotidien sont les témoins silencieux de nos vies intimes et collectives, réelles et imaginaires.

Ma pratique est hybride, ma démarche créatrice se nourrit de l’interaction entre le dessin, la sculpture et la photographie, transgresse les limites formelles de ces disciplines. Souvent, j’intègre le dessin à l’objet sous forme de gravure, d’empreintes, de broderie et d’écriture. Mes méthodes de travail procèdent de l’assemblage par la mise en relation du sujet et de l’objet à travers la mémoire.

Hélène Lord vit et travaille à Montréal. Elle a présenté son travail dans de nombreuses expositions individuelles et collectives au Québec, au Canada, au Brésil et en Europe. Son travail l’a amenée à faire plusieurs résidences d’artistes notamment au Centre EST NORD EST à Saint-Jean-Port-Joli, le Banff Centre en Alberta, à Belém au Brésil et plus récemment au studio du Québec à Londres. Ses oeuvres font partie de collections publiques et privées.

***************

Hélène Lord
Artist in Residence

In my drawings, sculptures and installations, I observe, document, measure and trace the sweep of the passing days. Like a landscape with multiple horizons, familiar objects are imbued with imagery and memory and it is through these that I attempt to understand the world. I focus primarily on cultural and social space, on disorientation as well as landscape. I observe the crucial impact of climate on the unfolding of daily life and one’s image of oneself and of the other.

The elliptical form of the fragment allows me to probe the notion of identity, the flimsiness and otherness of human life. This speculation is part and parcel of my creative process, an exploration of the metaphorical potential of the found or salvaged object. Deprived of their original significance, these small vestiges of daily life are the silent witnesses of our intimate and collective lives, real and imaginary.

My artistic practice employs a hybrid approach fueled by the interaction of drawing, sculpture and photography, moving beyond the formal limits of these individual disciplines. I will often integrate drawings into the object by means of engraving, printing, embroidery and writing. I employ the technique of assemblage to establish relationships between subject and object through the prism of memory.

Hélène Lord lives and works in Montreal. Her work has been featured in numerous group and solo exhibitions in Quebec, Canada, Brazil and Europe. She has completed several artistic residencies at the Centre EST NORD EST in Saint-Jean-Port-Joli, the Banff Centre in Alberta, in Belém in Brazil and recently at the Quebec studio in London. Her works are included in several private and public collections.

lundi 13 janvier 2014

Judith Bellavance

Judith Bellavance
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)

Que ce soit à titre de peintre ou de photographe, mon travail se démarque par le langage poétique. Je suis animée de part et d’autre par mon obsession de l’objet et le plaisir de la collection. C’est d’ailleurs cette obsession qui m'a conduite à la photographie pour enrichir mon travail de peinture. Au fil des années, ce détour par la photographie est passé progressivement d’un ensemble d’images fortes à une œuvre en soi. Un nouveau registre de langage a pris forme alors que les deux techniques se contaminent, sans toutefois se confondre.

Mon travail de création photographique s’inscrit à la croisée d’une dualité entre voyeurisme et pudeur, pour l’obsession des objets et leur rapport fragmentaire au monde. Inspirée par ce qui s’affirme en photographie à travers la mixité, mes œuvres se partagent un espace-temps indéfini et morcelé. De la même façon, mes sujets sont des énigmes frontales qui installent une tension narrative en suspens. Chaque œuvre tente ainsi de mettre en évidence le coefficient de proximité et d’altérité qui définit les sujets et raconte " une histoire de soi " au moyen d’un langage aussi fin qu’ultimement poétique. Il en résulte une œuvre, une somme d’éclats et de chuchotements adressés à l’autre, chaque fois distinctement.

Née à Rimouski, Judith Bellavance vit et travaille à Montréal depuis 1989. Elle a complété un baccalauréat en arts visuels à l’Université Laval à Québec et a poursuivi des études à l’Université du Québec à Montréal. Son travail a été appuyé par le Conseil des arts et des lettres du Québec et le Conseil des arts du Canada. Ses œuvres ont été présentées au Québec, au Portugal, en Espagne et au Japon et se retrouvent dans plusieurs collections publiques et privées. Elle est représentée par Lacerte art contemporain à Québec et à Montréal.

http://www.judithbellavance.com/

***************

Judith Bellavance
Artist in Residence

As a painter or as a photographer, my work has always been characterized by the use of poetic language. I am driven by an obsession with objects and the pleasure of collecting. It was, as a matter of fact, this obsession which led me to photography as a means of enriching my work as a painter. With the passage of time, this detour into photography has progressed from a collection of powerful images to a creative work in itself. A new form of language began to develop as the two techniques blended into each other while each maintained its unique quality.


My photographic work situates itself at the intersection of prudishness and voyeurism in the obsession for objects and their fragmentary relationship with the world. My works inhabit an indefinite and dislocated space and time, inspired by what photography affirms through the juxtaposition of disparate elements. In this manner, my subjects are frontal enigmas that maintain a suspended narrative tension. Each individual work is an attempt to reveal the full extent of the proximity and otherness which defines the subjects and tells a “story of self” in a language refined to the point of poetry. The completed work is an amalgam of outbursts and whisperings distinctly addressed to the other.

mardi 7 janvier 2014

Martin Désilets

Dissolution #2519, 2013, impression au jet d’encre, 100 x 150 cm

Martin Désilets

Artiste en résidence / Artist in Residence (English follows)

Les formes, le vocabulaire et les gestes qui appartiennent au champ de la peinture sont devenus, en quelque sorte, le paradigme à partir duquel j’appréhende non seulement le travail en atelier, mais aussi ma réalité environnante. L’acte de peindre se trouve prolongé par d’autres moyens : l’appareil photographique relayant le pinceau, à travers un processus rigoureux, qui autorise toutefois le plaisir du jeu et une forte dimension aléatoire.

Dans la série Dissolution, je réemploie le vocabulaire de l’abstraction géométrique, en peignant et en découpant des formes que je peux associer librement et réorganiser sur un plan. Je photographie ensuite ces formes, souvent plusieurs centaines de fois, en employant des temps d’exposition relativement longs. J’explore, ce faisant, la combinatoire de plusieurs des paramètres fondamentaux de la peinture et de la photographie : la teinte, la tonalité, la saturation, les contrastes et les divers modes d’application de la peinture ; le déplacement de la caméra lors de la prise de vue, la position du corps dans sa relation au sujet, le flou de bougé et l’effet de filé en photographie.

Sous l’effet du hasard et des mouvements de la caméra, entre l’image et son origine, un écart se creuse. Les formes et les couleurs se démultiplient, se dissolvent, engendrent divers effets visuels. Si la peinture, son vocabulaire et son histoire demeurent le matériau premier de ma pratique de la photographie, leur présence s’avère plus allusive que jamais... dissolue et indéterminée.

Martin Désilets détient une maîtrise en arts plastiques de l’Université de Québec à Montréal. Ses œuvres ont fait l’objet d’une douzaine d’expositions individuelles et de nombreuses expositions collectives.
*************** 
Martin Désilets
Artist in Residence

The forms, vocabulary and movements associated with the art of painting have, after a fashion, become the paradigm through which I perceive both my studio work and the reality around me. The act of painting is extended by other means: the lens takes over from the brush through a demanding process that nonetheless authorizes the pleasure of play and a potent aleatory dimension.

In the Dissolution series, I recycle the vocabulary of geometric abstraction by painting and cutting up forms which I can freely bring together and rearrange on a single plan. I then photograph these forms, often several hundred times, using relatively long exposures. In doing so, I explore possible combinations of the fundamental parameters of painting and photography: tint, tonality, saturation, contrast, and the various methods of applying paint; the camera’s movement while capturing a shot, the positioning of the body vis à vis the subject, and the various motion blur effects in photography.

Chance and camera movement combine to create a divergence between the image and its source. Forms and colours proliferate, dissolve, produce visual effects. Though painting, its vocabulary, and its history remain the raw material of my photographic work, their presence is ultimately more allusive than ever, dissipated and indeterminate

Martin Désilets has completed an MFA in visual arts at Université de Québec à Montréal. His work has been featured in a dozen solo exhibitions and in numerous group shows.