lundi 22 juin 2015

Martin Désilets


Martin Désilets
Artiste en résidence / Artist in Residence

(English follows)

De retour d’une résidence de 3 mois à Berlin, j’ai la tête pleine d’idées et le disque dur de mon ordinateur est saturé de fichiers numériques. Les expérimentations que j’y ai fait s’inscrivent dans le prolongement de mon travail récent, qui procède d’une hybridation de la photographie et de la peinture. Les contraintes inhérentes à un tel contexte ont évidemment produit des effets inattendus. Toutefois, au contraire de ce que j’avais anticipé, l’expérience de Berlin a plutôt conforté l’usage d’un vocabulaire qui tend à se simplifier.

Les procédés que j’emploie lors de la prise de vue sont rigoureux, mais comportent une forte dimension aléatoire. Je flirte avec les limites de mon corps, des outils et de la technique. En travaillant ainsi, j’ai souvent le sentiment d’attendre un phénomène aussi rare que le passage d’un colibri dans le viseur de mon appareil, affalé au beau milieu de la nuit dans un jardin sans fleurs. Je ne désespère pas, car à l’occasion, il se passe tout de même quelque chose.

Martin Désilets est titulaire d’une maîtrise en arts plastiques de l’Université du Québec à Montréal. À travers une médiation du geste et une hybridation des procédés, il interroge certaines formes héritées de la modernité, en particulier de l’abstraction en peinture. Ses recherches, en lien avec celles d’autres artistes, participent à une indétermination, voire une expansion du champ de la photographie et de la peinture.

http://martindesilets.com/


***************

Martin Désilets
Artist in Residence


Back from a three month residency in Berlin, my mind filled with images and my hard disk overflowing with digital files. The experimentations I undertook over there are an extension of my recent work, which is based on a hybridization of photography and painting. The inherent constraints of such a context have evidently led to unexpected results. However, quite to the contrary of what I had expected, the Berlin experience in fact reinforced my use of an increasingly simplified vocabulary.

While the processes used during the shoot are rigorous, they also involve a substantial random dimension. I test the limits of my body, tools and techniques. At work, ensconced in the midst of a flowerless garden, I often have the feeling that I am awaiting something special, like the flight of a hummingbird framed in the viewfinder. I don’t lose hope, because occasionally something really does happen.

Martin Desilets holds an MFA from Université du Québec à Montréal. Through hybrid procedures and mediated actions, he questions the legacy of modernist painting, particularly abstraction. His research, along with that of other artists, contributes to an indetermination and possible expansion of the fields of photography and painting. 


http://martindesilets.com/

lundi 15 juin 2015

Hélène Rochette


Hélène Rochette
Artiste en résidence / Artist in Residence

(English follows)

J’explore la nature première des matériaux. Préoccupée par la vérité des choses, je choisis la matière pour ses propriétés chimique et physique. Dans mon processus de création, j’exploite l’ambiguïté issue du rapprochement et de la synthèse de formes connues. Je privilégie la simplification formelle que j’associe à certains modes  de fabrication par addition et accumulation afin d’élaborer des systèmes de densité qui font écho à la terre et à la société actuelle.

Mes œuvres picturales sont celles d’un sculpteur qui exploite le médium et son support comme des matériaux en cherchant les opportunités de leurs associations. Mes sculptures sont des ensembles organisés où la couleur, le caractère graphique et texturé des surfaces ainsi que l’assemblage mécanique génèrent une expérience de la matière, de la forme et de l’espace.

Hélène Rochette est active sur la scène des arts visuels du Québec depuis plus de trente ans. Boursière du  Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada, elle a réalisé plusieurs expositions individuelles et collectives, dont l’installation sonore « Les terriers autres territoires » présentée pour la première fois à Montréal Art Souterrain de l’édition 2012. Elle a réalisé plus de vingt-cinq œuvres d’art public, dont Les fluides au Métro Montmorency à Laval en 2007, Plonger pour la promenade Samuel-de-Champlain en 2008 et Les Hautes herbes en 2013 au CSSS de Lévis. Ses œuvres font partie de la Collection Prêt d’œuvres d’art du MNBAQ, de la collection Loto-Québec et  de plusieurs collections privées.

http://www.helenerochette.com/


***************

Hélène Rochette
Artist in Residence


Playful and/or poetic, my works are spaces where I explore the essence of materials. Enthralled by the truth of things (Truth: “knowledge consistent with reality, nature of what really exists and is such as it appears”. Larousse dictionary) I choose the material for its chemical and physical properties. In my creative process, I give priority to the formal refinement and stylization that I associate to some manufacturing processes using addition and accumulation. I create density systems which echo Earth and today's society.

My drawings and paintings are those of the sculptress who harnesses the color medium and its support as materials by looking for opportunities to associate them. My sculptures, sculptural installations, and monumental works – most often inspired by organic shapes – are organized structures where the color, the textured and graphical aspect of surfaces, as well as the mechanical set-up, generate an experience of matter, form, and space.

Hélène Rochette has been involved in the Quebec visual arts scene for over thirty years. She has received grants from the Conseil des arts et des lettres du Québec and the Canada Council for the Arts, and has displayed her works in solo and group shows, notably Les terriers autres territoires which premiered at the 2012 edition of Montréal Art Souterrain. She has created over twenty five public art works, such as Les fluides (2007) at the Montmorency metro station in Laval, Plonger (2008) at the Samuel-de-Champlain promenade and Les hautes herbes (2013) at the Lévis CSSS. Her works are part of the Prêt d’oeuvres d’art collection of the Musée national des beaux-arts du Québec, the Loto-Québec collection and several private collections.

http://www.helenerochette.com/

lundi 8 juin 2015

Marie-Eve Beaulieu



Marie-Eve Beaulieu
Artiste en résidence / Artist in Residence

(English follows)

Dans mes recherches picturales, je souhaite explorer les thèmes de l’écriture, de l’interférence et de la censure par la répétition de signes, de motifs, qui se juxtaposent, s’entremêlent et se contaminent. Parfois, je réalise de courtes séries de tableaux aux interventions minimales, d’autres fois les accumulations et les restes de peinture envahissent complètement l'espace. Peu importe l’approche privilégiée, le geste est au cœur de mon processus créatif. Dans un environnement où nous sommes constamment sollicités, interrompus et où la distraction, au quotidien, est omniprésente, les disciplines de la peinture et de l’estampe exigent un temps d’arrêt, un questionnement sur nos choix, en tant qu’artiste mais aussi comme citoyen. Comme différentes interfaces, mes projets s’enracinent dans cette réalité, et sont caractérisés autant par le multiple que par la disparité.


Marie-Eve Beaulieu a toujours pensé que la peinture avait un pouvoir magique : être le reflet, parfois dur, de ce que nous sommes. C’est pourquoi elle tourne autour, l’observe, la scrute, la touche, la renverse, la rejette bien souvent, dans une relation amour-haine viscérale. En parallèle, elle fait aussi des choses sérieuses : une maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’UQAM (2014) et des expositions dans quelques galeries de Montréal. Elle gagne aussi de vrais prix : la Bourse Sylvie et Simon Blais pour la relève en arts visuels (2013) et la Bourse McAbbie en peinture (2005). Depuis 2012, elle emprunte Un tunnel transatlantique pour se rendre de Montréal à Leipzig (Allemagne) pour un ambitieux projet d’échange avec des artistes des deux pays. Originaire de Baie-Comeau et vivant à Montréal, elle est représentée par la Galerie Simon Blais.

http://www.marieevebeaulieu.com/


***************

Marie-Eve Beaulieu
Artist in Residence


In my pictorial research I explore themes of writing, interference and censorship through the repetition of juxtaposed, intertwined and comingled signs and motifs. Sometimes, I create brief painting series with minimal interventions, at other times the accumulations and leftover paint completely overtake the space. Regardless of the chosen approach, the gesture is at the heart of the creative process. In an environment in which we are constantly being bombarded by information and interrupted, and in which everyday distraction is omnipresent, painting and printmaking act as a brake, a slowing down, a means to question our choices, both as an artist and as a citizen. Like various interfaces, my projects are rooted in this reality and they are characterized both by their multiplicity and disparity.

Marie-Eve Beaulieu has always thought that painting has a magical power: to be, the sometimes harsh, reflection of what we are. This is why she explores its contours, observes it, scrutinizes, touches, turns it upside down, and quite often, rejects it in a visceral love-hate relationship. Alongside this practice, she also does serious things: an MFA at Université du Québec à Montréal (2014) and exhibitions in several Montreal galleries. She has also won real prizes: the Sylvie and Simon Blais Award for Emerging Visual Artists (2013) and the McAbbie award for Excellence in Painting (2015). Since 2012, she has made use of a Transatlantic tunnel (Un tunnel transatlantique) to travel from Montreal to Leipzig (Germany) as part of an ambitious exchange project with artists from Canada and Germany. Originally from Baie Comeau, she now lives in Montreal. She is represented by the Galerie Simon Blais.

http://www.marieevebeaulieu.com/