lundi 29 octobre 2012

20ième CHRONIQUE NUMÉRIQUE

Actuellement en kiosque

20ième CHRONIQUE NUMÉRIQUE

à lire dans le magazine Art Le Sabord numéro 93

Cette chronique de Annie Hudon Laroche intitulée De la persistance sensible, présente le travail de trois artistes ayant réalisé une résidence de recherche/création au Centre SAGAMIE

Patrick Beaulieu, Karen Elaine Spencer, Ed Pien

Les CHRONIQUES NUMÉRIQUES sont issues d’une collaboration étroite entre le Centre SAGAMIE et les Éditions d’art Le SABORD. Ainsi, à chaque numéro du magazine Art Le SABORD, un auteur est invité à présenter le travail de trois artistes ayant réalisé une résidence de recherche/création au Centre SAGAMIE. Ce partenariat de publication permet la diffusion et la documentation de l’art actuel tout en favorisant sa compréhension auprès d’un vaste lectorat.

Situé à Alma au Lac-Saint-Jean, le Centre SAGAMIE est un centre de recherche, de création et de production ouvert à l’ensemble des artistes dont le champ de pratique est lié aux enjeux actuels de l’image. SAGAMIE est particulièrement reconnu pour son expertise d’accueil d’artistes en résidence de recherche/création, ses activités d’édition et de diffusion. Le centre se spécialise dans le traitement numérique de l’image et l’impression numérique grand format dans un contexte de recherche en art actuel.

Pour commander ce numéro ou pour vous abonner au magazine Art Le SABORD
(819) 375-6223 art@lesabord.qc.ca http://www.lesabord.qc.ca

lundi 22 octobre 2012

Pierre Bourgault

                                                                                                                                     photo:  Sébastien Lapointe
Pierre Bourgault  
 Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)

Pierre Bourgault vit à St-Jean-Port-Joli. Artiste inspiré par les grands espaces, ses réalisations découlent de ses expériences personnelles de marin. Bourgault fait naître la rêverie et l’errance par ses œuvres. De l’intégration des arts à l’architecture, réalisée en quantité depuis 1982, en passant par la procession performative à l’installation, Bourgault modernise les pratiques artistiques et soulève des préoccupations légitimes pour l’habitat et pour les milieux mariniers. Ses œuvres nous appellent à nous questionner sur notre rapport au temps et à l’espace. Ses réalisations ont été vues dans divers lieux reconnus tels que le Custom House (Wesport, Ireland), Toronto Sculpture Garden (Toronto, Canada), Musée du Québec (Québec, Canada) Jardins de Métis (Grand-Métis, Québec), Haifa Museum (Wadi Nisnas, Israel), Matsuyama (Matsuyama, Japon), au Middelheim (Anvers, Belgique) et bien d’autres. Il propose régulièrement son travail réalisé sur l’eau, en espace public, entre autres à New York, à Québec, au Cap-Breton, aux îles de la Madeleine, en Écosse... Il a reçu un grand nombre de bourses du Conseil des arts du Canada (CAC), du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et du Ministère des Affaires culturelles du Québec (MACQ). Il a été fondateur et directeur de l’école de sculpture de St-Jean-Port-Joli, un des fondateurs du Centre d’artistes Est-Nord-Est. Il fut membre de jury au CAC, au CALQ et à la mesure d’intégration des arts à l’architecture. Ses œuvres monumentales étudiées dans les Universités québécoises sont présentées dans plusieurs espaces publics tant au Canada qu’à l’étranger

***************
Pierre Bourgault
Artist in Residence


Pierre Bourgault lives in St-Jean-Port-Joli. As an artist, he finds his inspiration in the open spaces of the great outdoors and his work, intimately linked to his experiences as a sailor, are an open invitation to reverie and travel. Beginning in1982 with an impressive corpus of work merging art with architecture and moving from performance art to installations, Bourgault has always maintained a modern artistic approach in expressing a legitimate concern for the general state of natural habitat and the marine environment. Through his work we are prompted to re-examine our relationships with space and time. His creations have been featured in several well-known venues including Custom House (Wesport, Ireland), the Toronto Sculpture Garden (Toronto, Canada), the Musée du Québec (Quebec, Canada), Jardins de Métis (Grand-Métis, Quebec), the Haifa Museum (Wadi Nisnas, Israel), Matsuyama (Matsuyama, Japon), the Middelheim (Anvers, Belgium) and others. His work on water is regularly presented in public spaces in places like New York, Quebec, Cape Breton, the Magdalen Islands, Scotland... He has been the recipient of numerous grants from the Canada Council for the Arts (CCA), the Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) and the Ministère des Affaires culturelles du Québec (MACQ). He was the founder and director of the école de sculpture de St-Jean-Port-Joli and a founding member of the Centre d’artistes Est-Nord-Est. He has been on the juries of both the CCA and the CALQ and involved in assessing the integration of the arts in architecture. His monumental works, which are studied in Quebec universities, appear in several public places in Canada and abroad.

mardi 16 octobre 2012

Lenka Novakova

Lenka Novakova
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)

Dans mon travail, je suis à la recherche d’une qualité poétique éphémère et d’un moment de recréation et de réflexion. Je me sers d’environnements construits, de technologies simples et de la lumière en mouvement, en empruntant parfois aux techniques cinématographiques et théâtrales. À partir de cette base, j’explore les qualités spatiales, les structures architecturales et l’installation en jouant avec la lumière. Celle-ci transforme et déconstruit l’espace en le marquant, en l’occupant, en l’illuminant et en le mettant dramatiquement en scène. La lumière conditionne également notre manière de voir et de sentir le monde. Je m’y intéresse comme médium à la fois de perception et de représentation, à sa capacité de transformation visuelle et architecturale de l’espace et à son impact sur nos systèmes sensoriel et perceptuel.

Née en République tchèque, Lenka Novakova vit et travaille à Montréal où elle poursuit présentement des études doctorales en sciences humaines à l’Université Concordia. Elle détient une maîtrise en arts plastiques de l’Université Concordia (2010) et un baccalauréat de la Pennsylvania Academy of Fine Art, à Philadelphie. Elle s’est mérité de nombreuses bourses et récompenses, et son travail a fait l’objet de plusieurs expositions au Canada et à l’étranger. Elle a reçu des bourses du Coring Museum of Glass, d’Urban Glass, du Vermont Studio Center, de La Chambre Blanche à Québec et du Santa Fe Art Institute. Ses œuvres ont été présentées dans le cadre de Project Integral São Paulo-Québec, au SESC São Paulo au Brésil, au festival DMZ en Corée, à la Gallery Puls, à Alvik en Norvège, et à USF Verftet, à Bergen en Norvège. Un prochain projet sera accueilli au KIAC (Klondike Institute of Art and Culture) au Yukon, au Canada.

***************

Lenka Novakova
Artist in Residence

My practice is concerned with an ephemeral poetic quality a moment of recreation and reflective thought through constructed environments, simple technologies and moving light; with crossover in cinema and theatre technologies. Within this foundation I explore qualities of space, architectural structures and installation by means of moving light. Light transforms and deconstructs space by marking, occupying, illuminating and dramatically staging it. Light also conditions the way we see our world and the way we feel. I am interested in both light as a medium of perception as well as a medium of representation with its impact on the visual and architectural transformation of space affecting our sensory and perceptual systems.

Lenka Novakova was born in the Czech Republic, lives and works in Montreal. She is currently pursuing Phd in Humanities at Concordia University. She received her masters in visual arts from Concordia in 2010 and her undergraduate degree from the Pennsylvania Academy of Fine Art, Philadelphia. She has been recipient of numerous fellowships, awards and has an active exhibition record in Canada and abroad. She received fellowships from The Coring Museum of Glass, Urban Glass, Vermont Studio Center or La Chambre Blanche in Quebec and Santa Fe Art Institute. She presented her work at Project Integral Sao Paulo-Quebec, SASC Sao Paulo, Brazil, DMZ festival in Korea, Gallery Puls, Alvik, Norway and USF Verftet, Bergen, Norway. Upcoming project will take place at KIAC (Klondike Institute of Art and Culture) Yukon, Canada.

Lorna Bauer

Lorna Bauer
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)

Mon travail s’appuie essentiellement sur la photographie, la vidéo et l’installation. Dans ma pratique, je fais appel à la manipulation de matériaux, à la déconstruction et la reconstruction de formes, et je m’intéresse à des stratégies visuelles comme la répétition, l’illusion et la fragmentation. Je prends également en compte les aspects invisibles de la production artistique, et j’explore souvent les mécanismes de la représentation et de la médiation photographiques. Par mes images, je pousse l’interaction entre réalité et virtualité, estompant ainsi la ligne entre ce qui est vu et ce qui est perçu. Finalement, mes œuvres sont le fruit de l’expérimentation, de la recherche et de l’essai empirique.

Lorna Bauer est une artiste qui vit et travaille Montréal. Ses travaux ont fait l’objet d’expositions individuelles à Sporobole, à YYZ Artist Outlet, à la galerie Les Territoires, au University of Toronto Art Centre et au Projection Access Space de l’Art Gallery of Mississauga. Son travail a récemment fait partie des expositions Le travail qui nous attend (2e Triennale québécoise) au Musée d'art contemporain de Montréal et Decisive Moments, Somewhere Else à Trinity Square Video, et a été présenté à Art Metropole. Ses vidéos ont été vues à l’Art Gallery of Hamilton et à Nuit Blanche, à Toronto (2007, 2009). Parmi ses activités à venir, mentionnons des expositions à la Galerie Nicolas Robert, à DAÏMÕN (avec Jon Knowles) et une résidence de production et une exposition (avec Jon Knowles) grâce à une collaboration entre Dazibao et PRIM. Durant l’année, Bauer a été artiste en résidence à New York dans le cadre du programme de résidence Québec-New York qui est soutenu par le Conseil des arts et des lettres du Québec.

***************

Lorna Bauer
Artist in Residence

My work is primarily based in photography, video, and installation. My practice involves the manipulation of materials; deconstructing and reconstructing forms and is engaged with visual strategies such as repetition, illusion, and fragmentation. My work considers the invisible aspects of making art, often exploring the mechanisms of photographic representation and mediation. Through my images, I push the interplay of reality and virtuality blurring the line between what is seen and what is perceived. Ultimately I realize my artworks through experimentation, research and trial and error.

Lorna Bauer is an artist who lives and works in Montreal she has presented her work in solo exhibitions at Sporobole; YYZ Artist Outlet; Gallery Les Territoires; The University of Toronto Art Centre and in the Projection Access Space at the Art Gallery of Mississauga. Recently, Bauer’s work was included in The Work Ahead of Us at the Musée d'art Contemporain de Montréal; Decisive Moments, Somewhere Else at Trinity Square Video, and Art Metropole. Her video work has been screened at the Art Gallery of Hamilton and Nuit Blanche Toronto (2007, 2009). Upcoming activities include solo exhibitions at Galerie Nicolas Robert; DAÏMÕN (w Jon Knowles), and a collaborative production residency and exhibition (w Jon Knowles) through Dazibao-PRIM. This past year Bauer was artist-in-residence in New York City as part of the Québec-New York State residency program supported by the Conseil des arts et des lettres du Québec.

mardi 2 octobre 2012

Sébastien Lapointe

Sébastien Lapointe
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)

Baignant de longue date dans la culture électronique, Sébastien Lapointe s'intéresse aux idées d'échantillonnage, de détournement et de boucle. Il s'approprie des éléments de la culture populaire pour en modifier ou en souligner le sens selon différentes logiques. Cette approche est similaire à sa pratique de DJ qui consiste à sélectionner des pièces musicales préexistantes et connotées pour leur donner une nouvelle forme et les remettre aussitôt en circulation. Son travail repose sur les principes d’analogies, de différence et de répétition. Ses projets, qui se déploient parfois sur plusieurs années, fonctionnent généralement par accumulation ou collection d’objets et d’images qu’il détourne ensuite afin d’en proposer des lectures singulières. Si ce travail fonctionne principalement par échantillonnage, les éléments qu'il s'approprie sont toujours déplacés et réassemblés en fonction de contextes de diffusion particuliers de telle sorte que chaque élément de son travail est réutilisable, recyclable et remixable dans différentes situations. Alliant la pratique de l'échantillonnage à l'attitude du DJ, Sébastien Lapointe produit avant tout des adaptations de la réalité d’après ses observations de la culture populaire qu’il réinterprète afin d’en souligner les motifs récurrents à partir des éléments singuliers qui la composent.

WHITE LABEL [projet de résidence au Centre SAGAMIE]

WHITE LABEL est une série de portraits amorcés en 2010 dans les coulisses du festival de musique et de création numérique MUTEK. La série, réalisée sur diapositive couleur de format 4X5 compte actuellement environ 250 portraits.

Oeuvrant dans l'univers de la musique électronique et des cultures qui s'y rattachent, je me suis intéressé à la communauté internationale très mobile qui donne corps à la musique et la création électronique. Le titre White Label fait référence à une pratique commune dans le milieu des DJs par laquelle des disques vinyle sans étiquette (ou plutôt ne comportant qu'une étiquette blanche sur laquelle il n'y a rien d'écrit) sont distribués aux divers acteurs du milieu et parfois vendus dans certains magasins de disques indépendants. Tantôt copies promotionnelles, tantôt copies pirates ou pour lesquelles les droits n'ont pas été obtenus, ces disques ne sont pas identifiés, mais pour certains initiés, l'auteur est connu de manière implicite ou simplement reconnaissable au son des pièces enregistrées. De la même manière, les portraits de la série White Label sont tous sans titre et sans légende. Photographié dans les coulisses du festival pendant les soirées très intenses où se succèdent ces performeurs de haut calibre (rock stars d'une culture électronique relativement underground), chaque modèle est invité à se placer devant la caméra sans aucune autre instruction. Les artistes et leur entourage posent donc un bref instant dans un dispositif de studio installé derrière la scène dans ce qu'on appelle le Greenroom. Ils sont momentanément isolés visuellement de l'environnement chaotique dans lequel ils évoluent. En pleine nuit, souvent immédiatement après une performance, il s'établit souvent un contraste plus ou moins subtil entre le dispositif de représentation sur fond blanc (qu'on associe à la prise de vue en studio) et l'intensité perceptible dans les yeux, la posture ou l'attitude des modèles.

En procédant de la sorte, j'ai voulu dresser le portrait objectif de cette communauté dans son milieu naturel et trouver, à travers la grande diversité des physiologies, styles ou postures et au-delà de la notoriété ou de l'anonymat des sujets, une unité et une certaine cohérence visuelle. White Label fait partie d'un nouveau corpus de travail traitant de l'univers principalement nocturne de cette sous-culture de la musique électronique.

Sébastien Lapointe est photographe, artiste visuel et DJ. Son travail a été présenté dans plusieurs galeries, musées et centres d’artistes au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Asie. Ces dernières années, son travail a été principalement présenté dans des galeries aux États-Unis chez Johansson Projects (Oakland, CA) et à la Galerie Allrise (Chicago, ILL) et à Montréal à la galerie PUSH. Il a participé à différentes foires d’art contemporain notamment NEXT Art Fair (Art Chicago, 2008), Bridge (Miami, 2009), San Francisco Fine Art Fair (2009) et au TIAF (Toronto, 2009). En 2005, il participe à l’exposition Ils causent des systèmes au Musée National des beaux-arts du Québec avec une œuvre réalisée en collaboration avec Gennaro De Pasquale, acquise par le Musée. Son travail figure aussi dans plusieurs collections privées au Canada, aux États-Unis et en Europe.


***************

Sébastien Lapointe
Artist in Residence

Immersed in electronic culture, Sébastien Lapointe has developed an interest in sampling, detournement and looping. He begins with various elements taken from popular culture and subverts their meaning or applies an alternate logic to highlight some of their particular aspects. He employs a similar approach in his work as a DJ, presenting listeners with new forms of existing, familiar musical compositions. His work is based on the notions of analogies, difference and repetition. His projects, which can sometimes span several years, often involve the accumulation of objects and images which are then reconfigured, given a new perspective and offered up for fresh interpretation. Using the technique of sampling, the elements which he appropriates are displaced and re-assembled within selected contexts, allowing each element of his work to be re-usable, recyclable and re-mixable to suit different situations. Combining sampling with a DJ attitude, he creates adaptations of reality based on his observations of popular culture which he re-interprets to highlight recurring motifs.

Sébastien Lapointe is a photographer, visual artist and DJ. His work has been featured in several galleries, museums and artists’ centers in Canada, the United States, Europe and Asia. His work was presented recently in the United States at the Johansson Projects, at the Allrise Gallery and in Montreal at the PUSH gallery. He has participated in contemporary art festivals in Chicago, Miami, San Francisco and Toronto. In 2005, his work was included in the Ils causent des systèmes exhibition at the Quebec National Fine Arts Museum. His work is also included in several private collections.