mardi 31 mai 2011

Bertrand Carrière


Bertrand Carrière
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)

Le Capteur
Depuis 2006, je travaille à la construction du projet Le Capteur, un journal photographique en plusieurs volumes, où se côtoient et s’entrechoquent les différents aspects de ma production. Éliminant les barrières thématiques habituelles entre les différents pans de mes travaux, ce journal visuel crée une collection de balises visuelles, forçant des rencontres iconographiques, événementielles ou temporelles improbables.

En utilisant des motifs et des signes récurrents, je construis un territoire mental où l’ordinaire côtoie l’insolite. L’essentiel de ma démarche repose sur ce que le présent me propose, en tout moment et en tout lieu. J’utilise la structure du journal pour renouer avec le travail photo-biographique et en utilisant l’essence de ces notes photographiques pour créer une carte géo-photographique.

Les recherches photographiques de Bertrand Carrière se déploient en séries autour de la mémoire et de l’Histoire. Explorant la réalité pour son potentiel de fiction et ses résonances autobiographiques, ses images tentent de donner une parole aux choses muettes, aux lieux qui disparaissent. Son travail photographique est caractérisé par la disponibilité du regard, et une recherche de l’intime. Il s'intéresse aux paysages vastes et intimes. Il est récipiendaire de plusieurs bourses du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec. Son travail a été exposé au Québec, au Canada et en Europe. En 2005, il reçoit le Prix de la création en région du Conseil des arts et des lettres du Québec pour la Montérégie. Il a publié 5 livres aux éditions les 400 coups, Témoin de l’ombre : photographies de tournage en 1995, Voyage à Domicile en 1997, Signes de jour en 2002, Hivers en 2003 et Dieppe : paysages et installations en 2006. En 2011 paraît Lieux Mêmes aux éditions L’Instant même et Ground Level publié par le Centre SAGAMIE. Il enseigne la photographie au cégep André Laurendeau, à Montréal. Né en 1957 à Ottawa, il vit et travaille à Longueuil au Québec.

Les œuvres de Bertrand Carrière sont représentées à Montréal par la Galerie Simon Blais, à Toronto par la Stephen Bulger Gallery et sont distribuées par l’agence Vu à Paris. Son travail est présent dans de nombreuses collections publiques et privées .

http://www.bertrandcarriere.com


Bertrand Carrière
Artist in Residence

Le Capteur
Since 2006, I have been working on the Le Capteur project, a photographic journal in several volumes in which the different facets of my creative work are aligned together and permitted to clash. Foregoing the usual thematic boundaries that delineate my different works, this visual journal creates a collection of visual beacons which forcefully elicit improbable iconographic, factual or temporal encounters.

Through the use of recurring motifs and signs, I construct a mental terrain in which the workaday meets the uncommon. The essential component of my creative work is taken from what the present moment offers me, everywhere, all the time. I have borrowed the structure of a personal journal in order to return to photo-biographical work and use the essence of these photographic notes to create a geo-photographic map.

Bertrand Carrière's photographic work takes the form of various series dealing with memory and History. Through an exploration of reality in search of its fictional potential and autobiographical resonances, his images attempt to give disappearing locales and mute objects a voice. His photographic work is characterised by an availability of perception and an exploration of intimacy. His interest lies in broad and intimate landscapes. He has received several grants from the Canada Council for the Arts and the Conseil des arts et des lettres du Québec. He has published five books: Témoin de l’ombre : photographies de tournage (1995), Voyage à Domicile (1997), Signes de jour (2002), Hivers (2003) and Dieppe : paysages et installations (2006), all with the Éditions les 400 Coups. In 2011, Lieux Mêmes and Ground Level will appear, published respectively by the Éditions L'Instant and the Centre SAGAMIE. He teaches photography at the Cégep André Laurendeau in Montreal. Born in Ottawa in 1957, he lives and works in Longueuil, Quebec.

The works of Bertrand Carrière are represented in Montreal by the Simon Blais Gallery, in Toronto by the Stephen Bulger Gallery and are distributed by the Vu agency in Paris. His work appears in numerous private and public collections.

http://www.bertrandcarriere.com

mercredi 25 mai 2011

Anne Marie Michaud

Anne Marie Michaud
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)

Vivre mon corps... c’est la prémisse se retrouvant au cœur de ma pratique artistique. Mon œuvre parle de mon corps de façons différentes et complémentaires : par des dessins que j’accomplis à répétition, j’essaie de révéler la mouvance de mon propre corps et par les objets que je représente, je renvoie inexorablement à ce corps. Dessiner à répétition est devenu pour moi un véritable rituel dans ma création.

Toutes les réalités de mon corps d’artiste me sont indicibles, inatteignables. Le corps n’est-il pas qu’une enveloppe passagère et inessentielle ou renferme-t-il en lui un germe d’éternité? L’ultime pérennité du corps ne se réaliserait-elle que dans l’œuvre, que dans la marque qu’il laisse? En essayant de révéler la mouvance de mon propre corps dans mes marques dessinées, je tente de faire surgir les vérités qui échappent à ma conscience afin d’arriver à vivre mon corps entièrement.

Détentrice d’une maîtrise en arts visuels de l’Université Laval (2008) ainsi que d’un baccalauréat en Beaux Arts de l’Université Concordia (2006), Anne Marie Michaud articule sa pratique autour des notions de corporéité, à travers le dessin, la peinture et la vidéo. Son travail a été présenté en Islande, en France, en Alberta ainsi qu’au Québec.

Anne Marie Michaud
Artist in Residence

Living my body... that is the premise at the heart of my artistic work. My creations speak of my body in different and complementary ways: through the repetition of drawings, I attempt to unveil the movement of my own body and through the objects I represent, I refer inexorably back to this body. Repetitive drawing has become a veritable ritual for me in my creative work.

All the realities contained in my body as an artist remain, for me, inexpressible and unattainable. Is the body simply an ephemeral and inessential envelope or does it contain within itself a seed of eternity? Is the abiding endurance of the body to be found only in creative work, only in the mark it leaves behind? In the attempt to reveal the movement of my own body through the mark made by my own drawings, I want to allow the truths which are beyond the reach of my consciousness to burst forth, in order that I may fully live my body.
Brief biography

Anne Marie Michaud completed a Master’s degree in visual arts at Laval University (2008) and a Bachelor’s degree of fine arts at Concordia University (2006). Her work is centered around the notion of corporeity, expressed through drawing, painting and video. Her work has been presented in Iceland, France, Alberta and Quebec.

jeudi 19 mai 2011

Frédéric Lavoie

Frédéric Lavoie
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)

Frédéric Lavoie réalise des installations vidéo, des documents sonores et parfois des objets. Ses œuvres cherchent à générer une narration à partir d'éléments a priori banals. Ces dernières années, il prend pour matériaux des éléments documentaires et les assemble afin de produire des récits, des portraits de groupe ou des analyses thématiques. Ses recherches gravitent essentiellement autour des enjeux liés à l’écoute et à l’observation. Son séjour au Centre SAGAMIE lui permettra de développer l’œuvre intitulée 146 secondes d’écoute active avec John. Il s’agit d’un découpage plan par plan de la séquence initiale du film Blow Out (Brian De Palma, 1981). Dans cette séquence, le protagoniste assiste à un accident alors qu’il écoute et enregistre les sons ambiants en qualité de preneur de sons.

Frédéric Lavoie vit et travaille à Montréal. Il détient une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal ainsi qu'un baccalauréat en anthropologie de l'Université de Montréal. Son travail a été présenté en galerie et lors de plusieurs manifestations vidéo internationales. En juin 2011, il présentera ses plus récentes œuvres dans la salle Norman-McLaren de la Cinémathèque québécoise en collaboration avec la galerie Dazibao et le centre d’arts médiatiques Prim.
http://www.fredericlavoie.net

*************

Frédéric Lavoie
Artist in Residence



Frédéric Lavoie creates video installations, acoustic documents and, at times, objects. Through his work he attempts to generate a narrative based on elements that are seemingly fundamentally banal. During these last years, he has been using documentary elements as raw material, reassembling them to create stories, group portraits or thematic analyses. His research is primarily concerned with issues that arise from the acts of observation and listening. His stay at the Centre SAGAMIE will provide him with the opportunity to complete a work entitled 146 secondes d’écoute active avec John. It consists of a shot by shot cut-up of the opening sequence in the 1981 Brian De Palma film Blow Out. In this sequence, the protagonist witnesses an accident while he is listening to and recording background noise as part of his job as a sound man.


Frédéric Lavoie lives and works in Montreal. He has a master’s degree in visual and media arts from the Université du Québec à Montréal and a bachelor’s degree in anthropology from the Université de Montréal. His work has been presented in galleries and at international video festivals. In June 2011, he will present his most recent works in the Norman McLaren Hall at the Cinémathèque québécoise in collaboration with the Dazibao Gallery and the PRIM media arts center.
http://www.fredericlavoie.net

mercredi 18 mai 2011

Corine Lemieux

Corine Lemieux
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)

La mécanique photographique métaphorise tout aussi bien notre mécanique intérieure, nos moments d’ouverture et de fermeture, l’intensité de notre sensibilité. Elle me permet ainsi d’aiguiser deux pratiques qui m’apparaissent fondamentales : étudier la subtilité des interactions humaines et prendre conscience ce qui est déjà là, disponible autour de moi, et que souvent je ne vois pas. C’est donc sans aucune mise en scène que je photographie. Il me semble que la prise de vue - et le point de vue, la perspective qu’elle évoque - suffit à indiquer qu’une photo n’est pas une impression objective du monde, mais une interprétation subjective, une construction de la réalité dans laquelle sont mis en relation l’esprit du photographe et la matière suivant des causes et des conditions infinies. La prise de vue implique également que quelque chose est à prendre, c’est pourquoi j’ai choisi de composer strictement avec ce qui est là, avec les situations telles qu’elles se présentent à moi lors de rencontres ou d’activités de la vie courante. Cette pratique exige moins de préparer la scène extérieure que de cultiver à l’intérieur de soi une très grande qualité de présence et d’attention, d’où l’importance que j’accorde à la méditation et au ralentissement.

L’ensemble des oeuvres qui seront réalisées lors de cette résidence au Centre SAGAMIE fera l’objet d’une exposition individuelle présentée en septembre 2011 dans le cadre du Mois de la Photo à Montréal.

Corine Lemieux est née en 1973. Elle vit et travaille à Montréal où elle a obtenu un baccalauréat en arts plastiques de l'Université du Québec à Montréal. Elle œuvre principalement dans le champ de l’installation photographique et sculpturale. Elle étudie la subtilité des rapports entre l’esprit et l’environnement intérieur et cherche à développer la conscience. Elle a récemment publié un livre, en cours de route édité par le Centre SAGAMIE. Son travail a été présenté en solo par plusieurs centres d’artistes au Québec : au Centre des arts actuels Skol (1998), au Centre d’art et de diffusion Clark (1999) et au centre Optica (2003) à Montréal, à L’œil de Poisson à Québec (1999), à L’espace virtuel à Chicoutimi (2001), à la Galerie 101 à Ottawa (2002), ainsi qu’à la Galerie Joyce Yahouda à Montréal (2006, 2010). Elle a été invitée à prendre part à des expositions collectives telles que Americas Remixed à Milan, Italie (2002), et Détournements, qui a sillonné l’île de Montréal (2003-2004). Lemieux a également participé à plusieurs expositions-événements ayant la notion de collaboration pour enjeu, notamment Le salon de l’agglomérat (Clark 1999) et 1 Espace à 9 (Galerie Joyce Yahouda 2003); elle est une étroite collaboratrice du projet participatif Darboral de Massimo Guerrera. Parallèlement à sa pratique individuelle, Corine Lemieux a formé, de 2004 à 2009, le collectif VIA avec les artistes Sylvie Cotton et Massimo Guerrera; ensemble, ils ont entre autres participé au Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul (2007) et à l’État d’urgence organisé par l’ATSA (2008). Elle est représentée par la Galerie Joyce Yahouda à Montréal.
http://www.joyceyahoudagallery.com

*************

Corine Lemieux
Artist in Residence

The mechanics of photography and film is just as effective a metaphor for our own inner workings, the moments we open and close, our own degrees of sensitivity. It allows me to hone two practices that appear to me fundamental: studying the subtlety of interactions and becoming aware of what is already there, what is available around me, what I often don’t see. This is why I photograph without props. It seems to me that the shot, and the viewpoint or perspective it evokes, is sufficient indication that a photo is not an objective impression of the world, but rather a subjective interpretation, a construction of reality in which matter and the photographer’s mind relate according to infinite causes and conditions. The shot also implies that something is there to be taken, which is why I choose to make do solely with what already exists, with situations as they occur in daily encounters or activities. To the preparation of outer scenes, I prefer the cultivation of inner presence and attention, from which flows my interest in meditation and deceleration.

The works that will be realized during the residency at Centre SAGAMIE will be presented in a solo exhibition in September 2011 as part of Mois de la Photo in Montreal.

CORINE LEMIEUX was born in 1973. She lives and works in Montréal, where she earned a BFA from Université du Québec à Montréal (UQAM). Her work, mainly photographic and sculptural installation, tends toward notions of transformation, interaction and exchange. She has shown at several artist-run centres in Québec, including Centre des arts actuels Skol (1998), Centre d’art et de diffusion Clark (1999) and Optica (2003), all in Montréal, and at L’Œil de Poisson in Québec City (1999), L’espace virtuel in Chicoutimi (2001), Gallery 101 in Ottawa (2002) and Galerie Joyce Yahouda in Montréal (2006, 2010). She has taken part in group exhibitions such as Americas Remixed in Milan, Italy (2002) and Détournements, which toured the island of Montréal (2003-2004). Lemieux has also participated in several collaborative events, such as Le salon de l’agglomérat (Clark, 1999) and 1 Espace à 9 (Galerie Joyce Yahouda, 2003). She collaborated closely with Massimo Guerrera in his participative project Darboral and with him and artist Sylvie Cotton formed the collective VIA from 2004 to 2009. VIA participated in events that included the International Symposium of Contemporary Art in Baie-Saint-Paul (2007) and L’État d’urgence, organized by ATSA-Action Terroriste Socialement Acceptable (2008). Corine Lemieux is represented by Galerie Joyce Yahouda in Montréal.
http://www.joyceyahoudagallery.com

vendredi 13 mai 2011

Jeane Fabb

Jeane Fabb
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)


Jeane Fabb : The earth in my bones / La terre dans mes os

Ma pratique artistique comprend des expéditions art/nature, des actions et des installations in situ, la photographie et la vidéo. Ce travail explore des problématiques environnementales ainsi qu’une réflexion/action holistique mettant en perspective le point de vue des femmes sur notre interconnexion avec le monde naturel.

La terre dans mes os aborde le lien avec la terre tel que vécu par 29 femmes de la région où j’habite dans les Laurentides, au nord de Montréal. Afin d’entreprendre les recherches préliminaires du projet, j’ai obtenu la collaboration d’organisations de femmes et de groupes environnementaux de la région. Ces collaborateurs ont recommandé et ont contacté des participantes en ayant soin de viser une diversité d’âges (25-81), de types d’interaction avec le monde naturel (politique, écologique, spirituel, intime...) et d’ancrages géographiques du nord au sud des Laurentides. Chaque femme a été photographiée et interviewée dans l’environnement de son choix – une place dans ce territoire qui trouve une résonance profonde dans sa vie. Le résultat révèle un lien d’intimité et de familiarité avec l’environnement naturel, un attachement sensuel et émotionnel à un lieu, une relation viscérale aux plantes et aux écologies, une attention à la présence vitale s’exprimant entre le « pittoresque » et les « ressources naturelles », ainsi qu’un souci porté à la juxtaposition des notions de « progrès » et de survie.

Bio : Jeane Fabb a réalisé des installations et des actions in situ sur des sites naturels en région éloignée en Amérique du Nord, en Amérique du Sud et en Europe. Il s’agit pour elle de créer des liens d’intimité avec ces lieux ainsi qu’avec leurs dimensions physiques, culturelles, sociales et métaphoriques. Sous forme d’installations, de photographies et de vidéos, les travaux inspirés de cette expérience ont été présentés à travers le pays ainsi qu’à l’international. L’artiste habite dans la région rurale des Laurentides au Québec. Elle est cofondatrice de Boréal Art/Nature, un centre dédié à l’exploration des liens entre la nature et la culture par le moyen d’expériences immersives dans des environnements naturels choisis pour l’intérêt qu’ils représentent d’un point de vue biologique, géographique et historique.

http://www.jeanefabb.ca

* L’artiste remercie les organismes suivants de leur soutien :
CRELA (Conseil régional de l’environnement des Laurentides)
RFL (Réseau des femmes des Laurentides)
Centre Signée Femme (Centre de femmes)
Le Fonds des Laurentides pour les arts et les lettres : CALQ, Conférence régionale des élus des Laurentides, Forum Jeunesse des Laurentides, Conseil de la culture des Laurentides

Image :

Christelle: in a humid area in Nominingue / dans un milieu humide à Nominingue
Tiré du projet : La terre dans mes os / The earth in my bones

*************

Jeane Fabb
Artist in Residence

Jeane Fabb : The earth in my bones / La terre dans mes os

My art practice involves art/nature expeditions, site-specific actions and installations, photography and video. This work explores environmental issues and holistic thinking/action with a particular focus on women’s perspectives on our interconnection with the natural world.

My present project, The Earth in my Bones, investigates relationship to land as experienced by 29 women in the rural region where I live, the Laurentians north of Montréal. To carry out the initial research for the project, environmental and women’s organisations* in the region collaborated by suggesting and contacting participants, with the aim of including a variety of ages (25 – 81), diverse forms of interaction with the natural world (political, ecological, spiritual, intimate ...) and a geographical range from South to North in the Laurentians. Each woman was photographed and interviewed in the environment of her choice – a place in this territory that holds deep resonance in her life. The outcome reveals intimacy and familiarity with the natural environment, sensual and emotional ties to place, a profound relationship with plants and ecologies, an awareness of the vital presence lying beneath ‘’scenery’’ and ‘’natural resources’’, and concerns about the juxtaposition between ‘’progress’’ and survival.

Bio: In remote natural sites in North America, South America and Europe, Jeane Fabb has realised site-specific installations and actions as a means of connecting intimately with place and with the physical, cultural, social and metaphoric context of the site. Works inspired from this experience have been exhibited nationally and internationally as installations, photography and video. She lives in the Laurentians of rural Québec and is a co-founding member of Boreal Art/Nature, a centre dedicated to exploring the ties between culture and nature through immersion experiences in natural environments selected for their biological, geographical and historical significance.

http://www.jeanefabb.ca

*For their support of this project, the artist thanks:
CRELA (Conseil régional de l’environnement des Laurentides)
RFL (Réseau des femmes des Laurentides)
Centre Signée Femme (centre de femmes)
Fonds des Laurentides pour les arts et les lettres : CALQ, Conférence régionale des élus des Laurentides, Forum Jeunesse des Laurentides, Conseil de la Culture des Laurentides

image description :

Christelle: in a humid area in Nominingue / dans un milieu humide à Nominingue
From the project: La terre dans mes os / The earth in my bones

lundi 2 mai 2011

Gabriel Coutu-Dumont

Gabriel Coutu-Dumont
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)

Gabriel Coutu-Dumont (né à Montréal en 1978) travaille comme artiste pluridisciplinaire sous son propre nom et au sein des collectifs RACAM, nAnalog et Silent Partners qu’il a cofondés. Il a collaboré avec de nombreux compositeurs de musique électronique, en particulier avec Marc Leclair (aka Akufen) avec qui il a créé le projet 5 mm, une transposition live de l’album Musique pour 3 femmes enceintes de Leclair.

Photographe de formation, Coutu-Dumont multiplie les projets d’installation, de photographie, de dessin entre Montréal, New York, le Mexique, la Chine et l’Europe. En 2005, avec le trio d’arts numériques RACAM, Coutu-Dumont présente Facette à la Galerie Clark (Montréal, 2005). Il se produit également à plusieurs événements internationaux, notamment au à Mutek, à Ars electronica au festival La Bâtie, SRTP, FIL et Transmediale.

Au cours des dernières années, Coutu-Dumont se consacre majoritairement à la création vidéo, à la performance en direct et à la conception vidéoscénographique d’événements audio visuels. L’univers numérique lui permet de faire la synthèse de sa pratique de plasticien et le pousse à développer un langage hybride où se mélangent tradition et technologie.

La production récente de Coutu-Dumont comprend la vidéoscénographie pour deux opéras, un calendrier chargé de concerts en live sur la scène internationale de musique électronique, ainsi que plusieurs projets de photographie.

Depuis 2007, Coutu-Dumont utilise la photographie en tant qu’objet, comme matière première pour des installations. Ses projets actuels de photographie comprennent Sketches of Synchronicity présenté à la galerie Clark en 2010, LP présenté à la galerie WIR de Berlin en 2010 et Living in Different World (qui sera présenté à la galerie Donald Browne à Montréal en juin 2011). À la suite d'une résidence au CCA de Glasgow à l'été 2010 il prépare un livre de portraits intitulé The Way of the Willows qui verra le jour à l'automne 2011.

La composition musicale prend graduellement de l'importance dans la pratique artistique de Coutu-Dumont. Depuis 2008, il développe un projet audiovisuel avec son frère et collaborateur Guillaume Coutu-Dumont, qui sera bientôt présenté sous le nom de Muséum.

http://gabrielcoutudumont.com


*************
Gabriel Coutu-Dumont
Artist in Residence

Gabriel Coutu Dumont (b. 1978, Montreal) is a multidisciplinary artist creating projects both under his own name and as co-founder of the collectives RACAM, nAnalog and Silent Partners. He has collaborated with a wide variety of electronic music producers, including Marc Leclair (aka Akufen) with whom he created the project 5mm, a live performance of Leclair’s acclaimed album Musique Pour 3 Femmes Enceintes.

A trained photographer, Coutu-Dumont produces multimedia installations, photography, drawing and graphic arts projects while travelling between Montreal, New York, Mexico, China and Europe. In 2005, with the digital arts trio RACAM, Coutu-Dumont presented Facettes at the Clark Gallery (Montreal, 2005). He has also performed at international cultural events, most notably Digifest, MUTEK, Ars Electronica, FIL, La Bâtie and Transmediale. In recent years Coutu-Dumont has focused on video creation, live performance, and video scenography for sound-art events. Digital developments enabled a synthesized visual arts practice in which he has developed a hybrid language, a syntax composed from the overlap between traditional disciplines and new technologies.

Coutu-Dumont’s recent work has included video-design for two operas and a busy schedule of live shows on the international electronic music scene across various genres as well as ongoing photography projects.

Since 2007, Coutu-Dumont has been using photography as an object, as raw material for an installative approach. Current photographic projects include Sketches of Synchronicity, now touring in Canada, LP presented at WIR Gallery in Berlin in 2010 and Living in Different Worlds which will be presented at Donald Browne gallery in June 2011. Following a residency at the Glasgow CCA, Coutu-Dumont is preparing a book entitled The Way of the Willows, scheduled for fall 2011.

Music composing and production is also quietly growing within Coutu-Dumont's practice. Since 2008 he has been developing an audio-visual project with his brother and collaborator Guillaume Coutu-Dumont that will soon debut under the name Muséum.

http://gabrielcoutudumont.com