mercredi 28 août 2013

Kandis Friesen

Kandis Friesen
Artiste en résidence / Artist in Residence

(English follows)

Originaire de Winnipeg, au Manitoba, où elle a grandi, Kandis Friesen, artiste et intervenante du milieu de la culture, vit et travaille actuellement à Montréal, au Québec. Sa pratique intermédias aborde des questions telles que le travail et la production, le langage et l’identité ethnonationale, de même que la place occupée par le document et l’archive dans l’élaboration de la mémoire collective.

Issue d’une pratique élargie du dessin, son œuvre entretient un dialogue sur les espaces théoriques de la vidéo et du dessin, dans une quête de l'instantanéité, de l’intimité et d’une représentation accessible qui soit inhérente à chacun des médias et transmutable. Une recherche récente portant sur la construction et les moyens d’accès à l’image l’a conduite à un emploi hybride des médias, puisant autant aux technologies désuètes que contemporaines afin de créer des configurations composites. Elle fait revivre certains appareils précurseurs du cinéma, notamment le " peep show " du XVIIIe siècle et divers dispositifs de fantasmagorie et d’illusion sur verre ou sur papier, ou remanie des archives trouvées et altérées. Toutes ces démarches offrent des perspectives sur des espaces re/construits et permettent de resituer autant l'image que les acquis visuels dans le cadre d’une approche expérimentale.

Le travail de Kandis Friesen a été présenté dans différentes galeries et festivals au Canada et à l’étranger, notamment à Montréal, à La Centrale, SKOL, DARE-DARE et Articule; en Grèce, au Athens Video Art Festival; au THEOFFCENTER de San Francisco; aux festivals WNDX de Winnipeg et OK.QUOI?!, de Sackville; de même qu’au Centre for Art Tapes de Halifax. Elle a reçu plusieurs prix et bourses, mentionnons le prix Steamwhistle Homebrew Award, décerné dans le cadre du festival Images 2012, pour sa vidéo Tape #158: Document 2B réalisée en collaboration, et coproduite avec l’artiste Nahed Mansour.

Également active dans le secteur de l’enseignement, elle apporte son soutien à la production d’œuvres d’art à caractère académique ou issues de la collectivité, afin de susciter la création d'espaces dédiés à l’apprentissage autogéré et à l’expression culturelle. Elle a récemment terminé une résidence de recherche/production au Mennonite Heritage Center Archives et à l’Atomic Centre de Winnipeg, au Manitoba. Kandis Friesen est titulaire d’un baccalauréat ès beaux-arts en Intermedia/Cyberarts de l’Université de Concordia.

***************
 
Kandis Friesen
Artist in Residence


Born and raised in Winnipeg, Manitoba, Kandis Friesen is an artist and cultural worker based in Montreal, Quebec. Working across media, her practice engages contexts of labour and production, language and ethno-national identity, and the role of document and archive in constructions of public memory.

Grounded in drawing as an expanded practice, her work maintains a dialogue between theories of video and theories of drawing, looking at immediacy, intimacy, and accessible representation as inherent and transmutable in both media. A recent focus on the way in which image is constructed and accessed has led to work with a hybrid of media, sourcing both antiquated and contemporary technologies to create mixed configurations. Resurrecting pre-cinema devices like 18th century peepshows, phantasmagoric cross-fades in glass and paper, or remixing through ruins of found footage; all offer re/constructed spaces to critically frame both image and visual knowledge in experimental ways.

Friesen has exhibited locally and internationally at various festivals and galleries, including La Centrale, SKOL, DARE-DARE and Articule in Montreal, Athens Video Art Festival (Greece), THEOFFCENTER (San Francisco), WNDX (Winnipeg), Centre for Art Tapes (Halifax), and OK.QUOI?! (Sackville). She has been the recipient of various grants and awards, including the 2012 Images Festival Steamwhistle Homebrew Award for the collaborative video Tape #158: Document 2B, produced with Nahed Mansour. Her work includes teaching and facilitating academic and community-based arts production, creating accessible spaces for self-determined learning and cultural expression. She recently completed a research-production residency at the Mennonite archives and the Atomic Centre in Winnipeg, Manitoba. Friesen holds a BFA in Intermedia/Cyberarts from Concordia University.

lundi 19 août 2013

Denis Farley

Denis Farley
Artiste en résidence / Artist in Residence

(English follows)

Denis Farley vit et travaille à Montréal où il a obtenu une maîtrise en beaux-arts de l'Université Concordia (1984). Révélant souvent des espaces industriels ou technologiques, ses oeuvres photographiques récentes questionnent les relations entre la nature et l'environnement urbain. Son travail a été diffusé à de nombreuses occasions au Canada, aux États-Unis et en Europe. Ses œuvres se retrouvent parmi plusieurs collections publiques et privées, notamment celles du Musée d'Art Contemporain de Montréal, du Musée Canadien de la Photographie Contemporaine à Ottawa, du Musée des beaux-arts de Montréal, du Musée National des beaux-arts du Québec, du Musée de la Photographie de Charleroi, et du Fonds National d'Art Contemporain à Paris.

Dans ses œuvres photographiques récentes, Denis Farley explore la représentation des nuages dans un nouveau contexte, celui de l’ère de la transmission massive d’information via le " sans fil ". Il fait référence dans l’élaboration de cette série, à l’envahissement graduel et constant de l’espace par les réseaux d’information, à ce qu’on appelle communément, “The Cloud” ou “Cloud computing”. Sans le voir physiquement, l’espace qui nous entoure est saturé d’information en transit. Le regard vers le haut, vers le ciel et les nuages, nous renvoie aux conditions du monde et englobe tout. À ce travail en cours, se greffent d’autres prises vues de la quincaillerie propre aux mégas serveurs institutionnels.

***************
Denis Farley
Artist in Residence


Denis Farley lives and works as a professional artist and photographer in Montreal. He completed a Master’s degree in fine arts at Concordia University in 1984. His photographic work often depicts industrial or technological spaces, and his recent work explores the relationship between nature and urban environments. His work is exhibited in Canada, the United States and Europe. Farley is part of several private and public collections including those of the Montreal Museum of Contemporary Art, the Canadian Museum of Contemporary Photography in Ottawa, the Montreal Museum of Fine Arts, the Museum of Photography in Charleroi and the Fonds National d'Art Contemporain in Paris.

In his recent work, Farley explores the representation of clouds within the context of wireless networks. This photographic series is a work in progress that incorporates images of institutional mega-servers and cloud formations. He is refering to the concept of “cloud computing”. Without being physically apparent the space around us is filled with information in transit. Looking up at the sky is one way to connect with our reality, and gain a remote sense of activity on earth.


mardi 13 août 2013

Suzan Vachon

SUZAN VACHON
Artiste en résidence / Artist in Residence

(English follows)

Toucher au corps, toucher le corps, toucher enfin....  Jean-Luc Nancy, Corpus.
Artiste interdisciplinaire et enseignante, engagée dans un travail de recherche et de réflexion depuis plus de vingt ans, Suzan Vachon considère sa pratique comme espace polyphonique de recherche, questionnant certains rapports de résonance et d’interpénétration entre la littérature et divers médias. Cette irrigation du littéraire dans sa recherche se situe en aval ou en amont du processus, invisible ou manifeste, documentaire ou levier de désirs, les mots sont pour l’artiste des espaces occultes du secret qui accompagnent le travail et qui, parfois, insistent pour s’y inscrire. Ainsi, depuis plusieurs années, elle s’intéresse aux métamorphoses de la forme et du sens dans un travail d’écriture de l’image fixe et en mouvement, généralement composé de plusieurs séquences autonomes et attractives. Ce travail attentif aux migrations de l’image, comparable au travail de l’écrivain, prend la forme d’un laboratoire de recherche formelle, disponible aux attractions nouvelles entre la littérature, l’image et l’espace tactile du son.

Ayant une pratique continue d’intégration des arts à l’architecture depuis 1993, elle revendique aussi une recherche à l’échelle du corps et de l’intime, où la fragilité et l’éphémère peuvent reprendre leurs droits.

Les archives visuelles et sonographiques, tant celles du patrimoine individuel que collectif, sont de puissants leviers dans ses réalisations. Ainsi, sa récente vidéo chant [dans les muscules du chant] réalisée en collaboration avec Bibliothèques et Archives Canada et soutenue par le Conseil des Arts du Canada, s’inscrit-elle dans l’ambitieux projet Domaine Public de Saw Video.

Candidate sélectionnée pour la bourse Exploration surround du Centre d'arts médiatiques PRIM, elle y tient un laboratoire de recherche sonographique sur le « toucher du son » et entreprend parallèlement au Centre Sagamie un laboratoire de l’archive sur « le toucher de l’image »; projet de recherche concrète et introspective s’inscrivant dans un continuum de travail autour de l’image, de l’archive, du son et de la littérature.

1) Titre, extrait de, Pour une éternité langoureuse, Zéno Bianu.

***************
SUZAN VACHON
Artist in Residence

Touching of the body, touching the body, finally touching....  Jean-Luc Nancy, Corpus.

Suzan Vachon, an interdisciplinary artist and teacher engaged in research and analysis for the last twenty years, views her work as the creation of a polyphonic research space exploring certain relationships of resonance and interpenetration between literature and various media. Her research is irrigated by the “literary”, operating both upstream and downstream of the process, invisible or apparent, documentary or prompting desires. Words, for the artist, are occult spaces of secretiveness, accompanying the work and demanding, at times, to be a part of it. For a number of years, she has focused her interest in the metamorphosis of form and meaning through compositional work with still and moving images generally comprising several autonomous and inter-attractive sequences. This work, concentrating on the migrations of images, is comparable to the work of a writer and assumes the functions of a formal research lab, exploring new connections between literature, images and the tactile space of sound.

Having worked steadily on the integration of art and architecture since 1993, she is also committed to a research of the body and intimacy, wherein the rights of the ephemeral and the fragile can be reaffirmed.

Visual and sonographic archives, both of individuals and the collective, constitute a powerful driving force in her works. Her recent video, chant [dans les muscules du chant] , produced in collaboration with Library and Archives Canada and with the support of the Canada Council for the Arts, is part of the ambitious Saw Video Public Domain project.

She was awarded the Exploration surround grant by the PRIM Media Arts Center where she conducts sonographic research on the “touch of sound”. As a parallel project at the Centre Sagamie, she is running an archive lab focused on the “touch of images”, conducting concrete and introspective research as part of her on-going work with images, archives, sound and literature.

1) Title, extract from, Pour une éternité langoureuse, Zéno Bianu.