mardi 25 février 2014

Victoria Stanton

Victoria Stanton
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)

Victoria Stanton (Montréal, Canada) est une artiste interdisciplinaire dont le travail explore l’action en direct, les interactions humaines, la vidéo, le film, la photo, le dessin et l’écriture. Exerçant sa pratique à travers une grande variété de médias, sa démarche se manifeste selon des formules très diverses. La performance demeure toutefois invariablement au cœur de son œuvre. Ainsi, son travail axé sur la problématique du temps adopte différentes formes : performance sur la scène ou devant la caméra, actions dans les espaces publics ou rencontres dans un cadre plus intime et individuel. Qu’il s’agisse d’une œuvre exigeant la participation du public, l'écoulement d'un certain laps de temps, l’exécution de tâches définies ou d’œuvres audiovisuelles, elles constituent un questionnement relatif à la capacité (et au désir) d’occuper un espace, de s’approprier et de perturber le quotidien, de créer spontanément un climat d’intimité, ou d’approfondir la notion de vulnérabilité. Sa pratique s’attache à la présence dans un cadre « performatif », de même qu’à l’état de conscience au sein d’espaces et de temporalités multiples. Elle met en évidence la complexité des différents aspects de la « transaction », ainsi que la perspective d’une transformation.

Les œuvres de Victoria Stanton, de même que ses films et ses vidéos ont été présentés dans le cadre d’expositions, de performances et d’interventions diverses au Canada, aux États-Unis, en Europe, au Royaume-Uni, en Australie, au Japon et au Mexique. Ses écrits, relevant du domaine de la création ou de la critique, ont été publiés dans des anthologies et des magazines associant arts, littérature et mode de vie au Canada et aux États-Unis. En mars 2013, l’un de ses textes fut parmi les finalistes dans le cadre du Prix de la SODEP. Avec Vincent Tinguely, elle est également coauteure de l’ouvrage Impure: Reinventing the Word (Conundrum Press, 2001). Enfin, elle travaille présentement en compagnie du collectif TouVA (regroupant également Anne Bérubé, Sylvie Tourangeau) à la rédaction d’un deuxième titre, offrant une réflexion sur la pratique de la performance et sur la question du « performatif ».

http://www.bankofvictoria.com

***************
Victoria Stanton
Artist in Residence

Victoria Stanton (Montreal, Canada) is an interdisciplinary artist working with live action, human interaction, video, film, photo, drawing, and writing. Continually exploring within such diverse media, while the outward results of her practice manifest in a multiplicity of forms, performance is the unifying central focus and invariable core of her research. Her time-based work includes performance for stage, performance for the camera, actions in public spaces, and one-on-one encounters in intimate contexts. Whether participatory, durational, task-based or audio-visual, her work is an investigation into the ability (and the desire) to hold a space, to appropriate and disrupt the quotidian, to create spontaneous intimacy, to tread vulnerability. Investing a performative presence and consciousness within multiple spaces / times, she continuously underscores the complex aspects of “transaction” and the possibility for transformation.

Stanton has presented exhibitions, performances, interventions, and films/videos in Canada, the U.S., Europe, the U.K., Australia, Japan and Mexico. Her creative and critical writings have been published in Canadian and American anthologies and art/literary/lifestyle magazines, with one of her articles garnering a finalist position for the Prix de la SODEP in March 2013. She is the co-author with Vincent Tinguely of Impure: Reinventing the Word (conundrum press, 2001) and is currently working on a new book with the TouVA Collective (comprised of Anne Bérubé, Sylvie Tourangeau and Stanton) developing salient notions on how performance is practiced and on the question of “the performative”.

http://www.bankofvictoria.com


lundi 24 février 2014

Caroline Hayeur

Caroline Hayeur
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)

ADOLAND : PHOTOGRAPHIE & VIDÉO

Réalisée entre 2011 et 2014, la nouvelle série photographique de Caroline Hayeur, ADOLAND, prend pour théâtre d’opérations la chambre d’adolescent. L’artiste a activé un va-et-vient dans le temps. D’un côté, elle rencontre plusieurs adolescents qui lui ouvrent la porte de leur antre. Lieu de projection de soi, cette pièce est une réserve intarissable. De l’autre, elle fait témoigner des adultes sur leur jeunesse et accède à des souvenirs plus ou moins enfouis. Au fil de la recherche de terrain, il s’avère que pour plusieurs de ces ex-ados leurs chambres sont préservées comme un mausolée. Archéologie de différentes époques, mais du même passage à l’âge adulte, la chambre d’ado constitue un terreau fertile pour la photographie.

ADOLAND est exposé du 15 mars au 27 avril 2014 à la maison de la culture de Côte-des-Neiges : 5290, Ch. de la Côte-des-Neiges, Montréal - 514 872-6889. Vernissage : mercredi 26 mars de 17 à 19 h.

Caroline Hayeur remercie le Conseil des arts et des lettres du Québec pour son soutien.


Caroline Hayeur – http://www.art.carolinehayeur.com – vit et travaille à Montréal où elle est membre du collectif Agence Stock Photo. Elle expose en solo au Zoom Photo Festival Saguenay 2013, à ManifestO – festival d’images (Toulouse, 2013), au Musée d’art de Joliette (2010) et dans les centres d’artistes : VU (Québec, 2010), Action Art Actuel (Saint-Jean-sur-Richelieu, 2007), CLARK (2003).
Avec l’ONF, elle mène une collaboration régulière : 24 poses féministes – Un éditorial photographique avec 6 jeunes féministes en 2012 [http://24poses.onf.ca], mais aussi avec Habiter – Au-delà de ma chambre en 2011 [http://habiter.onf.ca].

***************

Caroline Hayeur
Artist in Residence


ADOLAND: PHOTOGRAPHY & VIDEO

Created between 2011 and 2014, the ADOLAND project uses the adolescent's bedroom as the theater of operations. Caroline Hayeur has enabled an opportunity for time travel through the current and past adolescence of her thirty subjects. She met teenagers who allowed her to enter their private lair. Their bedrooms turned out to be an infinite reserve of stories that reveal their inner and projected selves, their emerging individuation. She also gathered “testimony” from adults about their own youth, accessing memories that had been buried to various degrees. Through her research, she discovered that the rooms of several of these former teenagers are preserved as mausoleums of sorts. As archeology from different eras, but representing the same passage to into adulthood, the teenager's bedroom is fertile ground for photography.

ADOLAND will be presented from March 15 to April 27, 2014 at maison de la culture de Côte-des-Neiges: 5290, Ch. de la Côte-des-Neiges, Montreal - 514 872-6889. Opening: Wednesday, March 26 from 5 to 7 pm.

Caroline Hayeur thanks the Conseil des arts et des lettres du Québec for their support.


lundi 10 février 2014

Catherine Plaisance


Catherine Plaisance
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)

La pratique de Catherine Plaisance se caractérise par une recherche axée essentiellement sur l’esthétique de la catastrophe. Pour explorer ce sujet, elle se sert de divers médiums comme la photographie, la vidéo, le collage et le dessin. Son travail récent emploie les propriétés de la miniature pour créer des scènes dans lesquelles le paysage est bouleversé par un événement venant rompre le déroulement normal du cours des choses. Ces événements deviennent ensuite image, en étant retranscrits par la photographie et la vidéo. Transdisciplinaire, la mise en espace de ces diverses retranscriptions propose l'existence de différents niveaux de réalité régis par des logiques différentes.

Catherine Plaisance présenta son travail entre autres à la Galerie Sans Nom (Moncton, 2004), à la Maison de la culture Mont-Royal (Montréal, 2008), à la Galerie SAS (Montréal, 2009), à la Galerie Simon Blais (Montréal, 2011), au centre VU Photo ainsi qu’à La Bande Vidéo (Québec, 2012). Elle prépare actuellement l’exposition individuelle Désolation qui sera présentée à la Maison du développement durable en février 2014 ainsi que Désordre à la Galerie BAC en mars 2014. Elle prit part à de nombreuses expositions collectives dont Manif d’art 3, la Biennale de Québec (2005), (Im)mortal Love International Biennial Warsaw (2007), Peep Art/Art Voyou (L’Écart, 2009) et la 16e édition de la Biennale Internationale de l’Image de Nancy (2010). Elle fut active au sein du collectif d’artistes Les Fermières Obsédées de 2001 à 2009. Elle est boursière du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada et fut récipiendaire du Prix Sylvie et Simon Blais 2011 pour la relève. Catherine Plaisance détient une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM, laquelle fut financée par le Fonds québécois de recherche sur la société et la culture. Elle vit et travaille à Montréal.

http://www.catherineplaisance.com

***************

Catherine Plaisance
Artist in Residence

Catherine Plaisance’s practice is characterized by an inquiry that is primarily informed by an aesthetics of catastrophe. She uses various media, such as photography, video, collage, and drawing to explore this subject. Her recent work draws on the miniature form to create scenes in which the landscape is disrupted by an event that derails the everyday course of things. Transcribed via photography and video these events subsequently take shape as an image. The transdisciplinary spatial display of these various retranscriptions suggests the existence of different levels of reality, which are governed by diverse logics.

Catherine Plaisance’s work has been shown, among others, at Galerie Sans Nom (Moncton, 2004), at the Maison de la culture Mont-Royal (Montreal, 2008), at Galerie SAS (Montreal, 2009), at Galerie Simon Blais (Montreal, 2011), at the VU Photo centre as well as at La Bande Vidéo (Quebec City, 2012). She has taken part in several group shows, including Manif d’art 3, the Quebec Biennial (2005), (Im)mortal Love International Biennial Warsaw (2007), Peep Art/Art Voyou (L’Écart, 2009), Crafting Romance (ATHICA, 2009), the 16th edition of the Biennale Internationale de l’Image de Nancy (2010) and La loi du nombre (Galerie Simon Blais, 2012). She was an active member of the Quebec City artist collective Les Fermière Obsédées from 2001 to 2009. She has received grants from the Conseil des arts et des lettres du Québec and the Canada Council for the Arts and was the recipient of the 2011 Sylvie & Simon Blais Prize for emerging artists. Catherine Plaisance holds a Master’s degree in Visual and Media Arts from UQAM, which was funded by the Fonds québécois de recherche sur la société et la culture. She lives and works in Montreal.

http://www.catherineplaisance.com

lundi 3 février 2014

Chloé Beaulac

Chloé Beaulac
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)

Chloé Beaulac est une artiste multidisciplinaire qui vit et travaille principalement à Montréal. Elle obtient un baccalauréat en Arts visuels avec une mineure en Print Media à l’Université Concordia en 2010.

La place de l’humain dans la nature et dans l’histoire est au centre de la pratique artistique de Beaulac. À la manière d’une exploratrice, elle parcourt un territoire et se laisse imprégner par l’histoire, les mythes et la personnalité qu’il dégage. Elle saisit une grande quantité d’images photographiques desquelles elle tire par la suite les éléments (espaces ou objets) qui formeront la trame narrative ou symbolique des œuvres. À partir de cette documentation, un rapport mnémonique s’établit dans la création de l’œuvre entre le lieu d’origine, l’émotion ou l’impression vécue et l’interprétation subséquente. Par un processus de déconstruction-reconstruction, elle crée une iconographie personnelle.

Beaulac partage ces entretiens avec la nature et fait revivre cet éveil des sens au spectateur à travers la sérigraphie, le dessin, la peinture, la sculpture et les arts d’impression. Ainsi, Beaulac offre au spectateur des espaces surnaturels à explorer à son tour. Son travail est fortement dirigé par sa quête philosophique personnelle, et est donc, au travers de manipulations symboliques, autobiographique.

Beaulac a exposé à travers le Canada et à l’étranger. Outre avoir reçu de nombreux prix et distinctions pour son travail, ses œuvres se retrouvent dans plusieurs collections privées et publiques au Canada et à l’international.

http://www.chloebeaulac.com/

***************
Chloé Beaulac
Artist in Residence

Chloé Beaulac is a multidisciplinary artist living and working mainly in Montréal. She graduated in 2010 from Concordia University with a Bachelor of Fine Arts, majoring in Print Media.

Understanding our role in nature and history is at the heart of Beaulac's artistic pursuit. In the manner of an explorer, she travels a territory letting it infuse her with its history, myths, and personalities. Having shared these encounters with nature, Beaulac can allow her audience to relive an awakening of the senses through her screenprints, drawings, paintings, sculptures and multimedia works. Her process of deconstruction and reconstruction is Beaulac's way of recreating the ephemeral nature of epiphanies. She studies events that have the power to evoke a sense of personal transformation, drawing upon their various spaces, objects and relationships in order to reproduce or capture the essence of their transformative qualities. By virtue of this process, Beaulac offers her audience supernatural environments to explore at their own accord.

Beaulac's artworks have been exhibited across Canada and abroad. She has received numerous prizes and distinctions, her works can be found in many private and public collections, both in Canada and internationally.

http://www.chloebeaulac.com/