lundi 26 septembre 2011

Stéphanie Béliveau


 
Stéphanie Béliveau
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)
 
De l’intimité au réel. C’est le titre d’un court essai portant sur mon travail, écrit par Jean-Émile Verdier en 2007. Ces quelques mots synthétisent à eux seuls l’essence de ma pratique. Comment exprimer plastiquement l’intensité de l’expérience ressentie au contact du réel ?
 
Après avoir pendant des années, exploré la représentation symbolique pour exprimer les émotions ressenties au contact du réel, je sens aujourd’hui le besoin de changer de registre de représentation. Je veux déplacer mon attention vers le point de contact lui-même, la rencontre, le point de friction. Où, quand et comment ce phénomène devient conscient ? Je veux démontrer, par des preuves matérielles (objets d’art), l’effectivité de cette rencontre entre l’intime et le réel.
 
Cette démarche marque un changement important dans mon processus de création. Sachant que toute nouvelle praxis nécessite de nouveaux gestes et de nouveaux outils, je remarque que pour mes récentes recherches j’ai recours de plus en plus souvent aux technologies numériques. Ma résidence à Sagamie va me permettre d’explorer plusieurs possibilités au niveau de l’impression numérique, en plus d’expérimenter différentes façons d’intégrer ces images à mon travail. J’espère revenir à Montréal avec la maîtrise d’un nouveau médium et l’amorce de nouveaux projets.
 
Née à Québec, Stéphanie Béliveau obtient un baccalauréat à l’Université Concordia en 1991 et une maîtrise en arts visuels à l’Université du Québec à Montréal en 1993. Elle remporte en 1997 le Prix Pierre-Ayot décerné par l’AGAC et la Ville de Montréal. À ce jour, elle a réalisé une quinzaine d’expositions individuelles et a participé à plus de vingt expositions collectives. Ses œuvres ont été présentées au Québec, ailleurs au Canada (Toronto, Vancouver) et à l’étranger (Barcelone, Paris et Prague). Maintes fois ses projets ont obtenu le soutien du Conseil des Arts et des Lettres du Québec, ainsi que du Conseil des Arts du Canada. Elle a créé en 2008 une œuvre importante dans le cadre du Programme d’Intégration des Arts à l’Architecture, pour le nouveau Pavillon Bellini de l’université McGill. Ses œuvres font partie de nombreuses collections publiques et d’entreprises. Mentionnons la collection du Musée des Beaux-Arts de Montréal, du Musée national des Beaux-Arts du Québec, de la collection Prêt d’œuvre d’art de ce même Musée, ainsi que les collections de la Banque Nationale du Canada, de Power Corporation et du Trust Général du Canada. Le travail de Stéphanie Béliveau est représenté par la Galerie Simon Blais, à Montréal.

 
Stéphanie Béliveau
 
Artist in Residence
From the realm of the private to reality. That was the title of a short essay written about my work by Jean-Émile Verdier in 2007. Just a few words, but they sum up the essence of my artistic practice. How can an intensely felt, direct experience of reality be given plastic expression?
 
After having explored symbolic representation of the feelings attendant on such direct experience for many years, I’m now pushing further the range of my process. I want to shift my attention to the actual encounter with reality, the point of contention itself. Where, when and how does this become a conscious phenomenon? I want to show, through tangible evidence (art objects), what the encounter between the private and the real brings about.
 
Such an approach marks a major change in my creative process. Knowing that any new praxis also necessitates new actions and new tools, I have noticed that in my most recent investigations I have used digital technologies increasingly frequently. My residence at the Sagamie Centre will enable me to explore several possibilities in terms of digital printing, in addition to experimenting with various ways of incorporating such images into my work. I hope to return to Montréal with a command of a new medium and a number of new projects underway.
 
Born in Québec City, Stéphanie Béliveau obtained a bachelor’s degree in Fine Arts from Concordia University in 1991 and a master’s in the same field in 1993. She was the recipient of the Contemporary Art Galleries Association (AGAC) and City of Montréal’s Pierre-Ayot Award for young artists in 1997. To date, her work has been shown in fifteen solo and over twenty group exhibitions in Québec, elsewhere in Canada (Toronto, Vancouver) and abroad (Barcelona, Paris and Prague). Her projects have received support on numerous occasions from both the Conseil des arts et des lettres du Québec and the Canada Council for the Arts. In 2008 she created a major work for McGill University’s new Bellini Pavilion as part of Québec’s Integration of Art and Architecture Program. Works by Stéphanie Béliveau are found in many public and corporate collections, including those of the Montreal Museum of Fine Arts, the Musée national des beaux-arts du Québec (as well as that same museum’s Prêt d’œuvres d’art collection), the National Bank of Canada, Power Corporation and National Bank Trust. Stéphanie Béliveau is represented by Montréal’s Galerie Simon Blais.

mercredi 21 septembre 2011

Yves Médam


Yves Médam
Artiste en résidence / Artist in Residence

(English follows)

Mes compositions donnent à voir un temps et un espace élastiques. J‘agence des fragments d’images de façon arbitraire par une série de collages, coupages, transparences, répétitions, distorsions et superposition de multiples surfaces. Je souhaite faire en sorte que ce qui est fluide, passager, transitoire, se cristallise soudain en une forme et donne à voir l’unité figée de ces multiples mouvements. Cela nous parle à la fois de fragmentations et de totalités, de mouvements et de fixité, d’indéterminations et de contraintes et c’est l’ensemble des perspectives concernant un certain lieu qui est remis en question. Il y a dans cette démarche une référence volontaire au cinéma. Plusieurs histoires se tissent les unes par-dessus les autres. Il s'agit d'un temps multiple lu à plusieurs niveaux de perception. Comme si dans une seule image se déroulaient diverses actions en surimpression.

Né en France Yves Médam arrive au Canada dans les années 80 pour y faire ses études. Il décroche un diplôme en Arts Visuels de l’université de Montréal avec un majeur en Études Cinématographiques et un mineur en Arts Plastiques. Quelques années plus tard il se spécialise en photographie. Ses créations artistiques se sont développées en parallèle à une carrière de photographe professionnel. C’est à partir de 2003, qu’il remporte différents prix pour ses créations dont celui du concours de Photographie Lux remporté à quatre reprises et le Applied Arts Photography & Illustration Award, édition 2006-2008-2010-2011. En 2007, il est reçu en résidence au Centre SAGAMIE où il y imprime un corpus d’œuvres qui deviendra "Durée d’une métamorphose (passages)". Cette première exposition solo, présentée à la Maison de la Culture Côte-des-Neiges puis à l'hôtel W fut très vite remarquée par la critique et par une clientèle de collectionneurs avertis. On retrouve ses œuvres dans plusieurs collections corporatives, notamment celles du Cirque du Soleil, du Colart Collection, de la Fédération des Caisses Desjardins, de celle de Loto Québec et de RBC-Dexia à Toronto.

Yves Médam aborde l'image photographique à la manière d'un peintre. Il compose des "fictions numériques" faites d'images fragmentées évoquant le cubisme. Depuis quelques années il travaille à la représentation d'espaces urbains en reconstituant des scènes de vie captées dans les grandes villes. Il travaille à la fois sur l'apparence des sites, leurs physionomies changeantes ainsi que sur les relations et interactions qui s'opèrent et se jouent entre les gens et les lieux.
Yves Médam est représenté en permanence par la Galerie Dominique Bouffard à Montréal.

http://www.yvesmedam.net

Yves Médam

Artist in Residence


My compositions offer a vision of elastic time and space. I arrange fragments of images in an arbitrary fashion through a series of collages, cut-ups, transparencies, repetitions, distortions and superimpositions of multiple surfaces. I am attempting to take that which is fluid, transient and fleeting and crystallize it by giving it form, allowing it to reveal the transfixed unity of its multiple movements. This conjures up ideas of fragmentation and totality, movement and stasis, indetermination and constraint, and all the possible perspectives of a specific place are thrown into question. This approach contains a voluntary reference to filmmaking. Various stories are interwoven, one atop the other. Multiple time-frames are grasped at different levels of perception. As though in one image a variety of things, superimposed on one another, were taking place.

Born in France, Yves Médam came to Canada in the 80s to pursue his studies. He obtained a degree in visual arts from the Université de Montréal with a major in film studies and a minor in plastic arts. A few years later, he began to specialize in photography. His artistic creations developed alongside a career as a professional photographer. Beginning in 2003, he began to garner awards for his creative work and was a four-time winner of the Photographie Lux competition and recipient of the Applied Arts Photography & Illustration Award in 2006, 2008, 2010 and 2011. In 2007, he was invited to undertake an artistic residency at the Centre SAGAMIE where he printed a collection of works which finally developed into "Durée d’une métamorphose (passages)". This first solo exhibition, presented at the Côte-des-Neiges Cultural Center and at the W Hotel, was well received by critics and knowledgeable collectors. His work is featured in several corporate collections, including the Cirque du Soleil, the Colart Collection of the Fédération des Caisses Desjardins, Loto Québec and RBC-Dexia in Toronto.

Yves Médam’s approach to photography is similar to that of a painter. He composes “digital fictions” made up of fragmented images reminiscent of cubism. For the last few years, he has been working on the representation of urban spaces by reconstituting scenes of life taken from the major cities. He deals at once with the appearance of the sites, their fluctuating features and the relationships and interactions between people and places. Yves Médam is represented by the Galerie Dominique Bouffard in Montreal.

http://www.yvesmedam.net

lundi 12 septembre 2011

Exposition Martin Beauregard Exhibition‏


Martin Beauregard
Drive End
English follows

EXPOSITION du 15 septembre au 21 octobre 2011
VERNISSAGE
le jeudi 15 septembre 2011 à 17h00


La série de photographies Drive End rassemble des éléments issus de la culture western, du road movie et du film catastrophe. La manipulation numérique construit une ruine qui fusionne un ciné-parc à l’abandon, un cimetière de voitures et un cowboy d’un âge vénérable. Il résulte de cet assemblage une sorte de musée imaginaire de la fin du cinéma, de la voiture, et des rêves qui les accompagnent. Le héros est représenté devant un écran géant, dans un monde similaire au nôtre marqué par l’épreuve du temps et de la mort. L’œuvre participe à une réécriture des mythes et des grands récits de l’Amérique où la frontière, le Nouveau Monde et l’utopie du progrès ne sont jamais bien loin.

MARTIN BEAUREGARD est née à Ville-Marie, au Canada, en 1978. Actuellement, il vit et travail à Montréal. Il a reçu le Diplôme national supérieur d’expression plastique de l’École des Beaux-arts de Bordeaux en France. Il poursuit des études de doctorat à l’Université du Québec à Montréal (Montréal, Canada), au programme Études et pratiques des arts, ainsi qu’à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris, France), au programme Arts plastiques et sciences de l’art. Son travail a été présenté dans de nombreuses expositions, notamment au Musée des beaux-arts de Montréal (Montréal, Canada), à Location One (New York, États-Unis), au Capc Musée d’art contemporain de Bordeaux (Bordeaux, France) et à l’Asahi Art Square (Tokyo, Japon).

***************
Martin Beauregard
Drive End

Exhibition September 15 - October 21, 2011
Opening
Thursday, September 15, 5 p.m.


In the photographic series Drive End various elements taken from the spirit of the far west, road movies and disaster films are fused together. Through the digital manipulation of images of an abandoned drive-in theater, a wrecking yard and a venerable old cowboy, a scene of vast ruination is created. The assemblage of disparate components acts as a sort of imaginary museum of the decline of cinema and the automobile and of all the dreams they spawned. The hero is positioned in front of a giant screen, in a world somewhat like our own, scarred by the ravages of time and death. The work is part of a new interpretation of the myths and imposing narratives of America in which the frontier, the New World and the utopian promises of progress are never very far.

MARTIN BEAUREGARD was born in Ville-Marie, Canada, in 1978. He presently resides and works in Montreal. He attended the École des Beaux-arts de Bordeaux, France, where he obtained a National Graduate Diploma of Plastic Expression. He is currently completing a doctoral degree in art theory and practice at the Université du Québec à Montréal (Montreal, Canada) and in plastic arts and art sciences at the Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris, France). His work has appeared in numerous exhibitions including at the Montreal Museum of Fine Arts (Montreal, Canada), Location One (New York, U.S.A.), the CAPC, Bordeaux Museum of Contemporary Art (Bordeaux, France) and the Asahi Art Square (Tokyo, Japan).

mardi 6 septembre 2011

Matthieu Brouillard - Donigan Cumming

Gauche: Matthieu Brouillard, Séjour, de la série Les Cadavres Anticipés, 2005
Droite: Donigan Cumming, 22 Juillet 1985, 1985
Left: Matthieu Brouillard, Sojourn, from the series The Anticipated Cadavers, 2005
Right: Donigan Cumming, July 22, 1985, 1985


Matthieu Brouillard - Donigan Cumming
Artistes en résidence / Artists in Residence

(English follows)

Durant cette résidence, Matthieu Brouillard et Donigan Cumming travailleront conjointement sur les images destinées à l’exposition itinérante en duo de leurs travaux respectifs qui sera lancée à la Galerie FOFA de l’Université Concordia, à Montréal, en mars 2012. Cette exposition aura pour visée d’explorer les courants communs qui traversent les travaux de ces deux artistes, et la manière dont des impulsions similaires sont traduites sur les plans formel, émotionnel et conceptuel par les moyens de la photographie. Tout en faisant ressortir une communauté d’intérêts et une affinité de sensibilité entre deux photographes de générations différentes, l’exposition, qui sera accompagnée d’un catalogue comprenant des essais critiques, se voudra également l’occasion de présenter et d’analyser des vues inusitées et radicales au sein de débats qui ont façonné la pratique de la photographie contemporaine.

Donigan Cumming est un artiste visuel qui utilise la photographie, la vidéo, la peinture, le dessin, le son et le texte au sein de livres et d’installations multimédias qui ont été largement diffusés en Europe, aux Etats-Unis et au Canada. Son travail fait partie des collections du Musée National des Beaux-Arts du Québec ; du Musée d’Art Moderne de New York ; du Musée Canadien de la Photographie Contemporaine (Galerie Nationale du Canada), Ottawa ; de la Maison Européenne de la Photographie à Paris ; du Musée de L’Élysée, Lausanne ; du Musée d’Art Contemporain de Los Angeles ; et de divers musées nationaux en Belgique, en Grande-Bretagne, au Canada, au Danemark, en France, en Allemagne, en Espagne, en Suisse et aux Etats-Unis. Des musées, des galeries et des festivals de film et de vidéo à travers le monde ont présenté des expositions solo et des études critiques de son travail. Ses livres d’artiste incluent The Stage (1991), Pretty Ribbons (1996), Gimlet Eye (2001), Lying Quiet (2004), La Somme, le Sommeil, le Cauchemar (2006), Kincora (2008) et Crayons, Cendres, Allumettes et Poussières (2009). Splitting the Choir: The Moving Images of Donigan Cumming (2011), édité par Scott Birdwise, est la dernière collection d’écrits portant sur son travail.
Site web: http://www.donigancumming.com

Matthieu Brouillard est né à Montréal en 1976. Il a étudié les arts visuels et médiatiques à l’UQÀM, sous la direction de David Tomas. Son travail, principalement en photographie, a été exposé et publié au Canada (Toronto, Québec, Montréal, Alma) et à l’étranger (Suisse, Italie, Allemagne, France, Etats-Unis). Narragonie, un livre comprenant une sélection de ses images et écrits sur la photographie, a été publié en 2007, avec un avant-propos du romancier québécois Gaétan Soucy (La Petite fille qui aimait trop les allumettes). Ses images font partie de collections privées et publiques au Canada, en Allemagne et en Suisse. Son travail a reçu maintes fois le soutien du Conseil des Arts du Canada, du Conseil des Arts et des Lettres du Québec et du FQRSC (Fonds Québécois de Recherche Société et Culture). Il a en outre collaboré avec des metteurs en scène de théâtre et pris part à un projet qui visait à mettre en relation architecture, littérature et vidéo (Les Archi-Fictions, 2006). À l’automne 2010, il a été chargé d’enseignement au département d’histoire de l’art de l’Université de Zürich, en Suisse, où il a conduit un séminaire qu’il a intitulé La Photographie et la crise du sujet dans la pensée française du 20ème siècle. À partir du printemps 2012, il sera chercheur invité dans un groupe de recherche en esthétique à Karlsruhe (Allemagne) dirigé, entre autres intellectuels de haut niveau, par le philosophe Peter Sloterdijk (Critique de la raison cynique). Matthieu Brouillard partage son temps entre Montréal, Berne (Suisse) et le village d’Ardez, dans les Alpes suisses.
Site web : http://www.matthieubrouillard.com

Matthieu Brouillard - Donigan Cumming
Artists in Residence


During this residence, Matthieu Brouillard and Donigan Cumming will work jointly on the printing of the images for the touring two-person exhibition of their respective works that will be launched at Concordia University’s FOFA Gallery, in Montreal, in March 2012. The aim of this exhibition is to explore the common currents running through the works of these two artists, and the manner in which similar impulses have been worked out on formal, emotional and conceptual levels with photography. Showing a community of interests as well as an affinity of sensibility between two photographers from different generations, the exhibition, accompanied by a catalogue containing critical essays, will also offer the occasion to present and analyze unusual and radical responses to debates that have shaped the practice of contemporary photography.

Donigan Cumming is a visual artist who uses photography, video, painting, drawing, sound, and text in bookworks and multi-media installations that have been widely exhibited in Europe, the United States, and Canada. His work is held by the Musée National des Beaux-Arts du Québec; the Museum of Modern Art, New York; the Canadian Museum of Contemporary Photography (National Gallery of Canada), Ottawa; the Maison Européenne de la Photographie, Paris; the Musée de L'Élysée, Lausanne; the Museum of Contemporary Art, Los Angeles; and by national museums in Belgium, Great-Britain, Canada, Denmark, France, Germany, Spain, Switzerland, and the United States. Museums, galleries, as well as film and video festivals worldwide have presented solo exhibitions and surveys of his work. His artist’s books include The Stage (1991), Pretty Ribbons (1996), Gimlet Eye (2001), Lying Quiet (2004), La Somme, le Sommeil, le Cauchemar (2006), Kincora (2008), and Pencils, Ashes, Matches & Dust (2009). Splitting the Choir: The Moving Images of Donigan Cumming (2011), edited by Scott Birdwise, is the latest collection of writings about his work.
Website: http://www.donigancumming.com

Matthieu Brouillard was born in Montreal in 1976. He studied visual and media arts at UQÀM under David Tomas. His work, primarily in photography, has been exhibited and published in Canada (Toronto, Quebec, Montreal, Alma) and abroad (Switzerland, Italy, Germany, France, the United States). Narragonie, a book of his images and writings on photography, was published in 2007, with a foreword by Québécois novelist Gaétan Soucy (The Little girl who was too fond of matches). His images are held in private and public collections in Canada, Germany and Switzerland. His work has received support many times from the Canada Council for the Arts, the Conseil des Arts et des Lettres du Québec, and the FQRSC (Fonds Québécois de Recherche Société et Culture). He has also collaborated with theatre directors and worked on a project that combined video, literature and architecture (Les Archi-Fictions, 2006). In the fall of 2010 he was lecturer in the Art History department at the University of Zürich, in Switzerland, conducting a seminar that he entitled Photography and the crisis of the subject in 20th-Century French thought. Starting in spring 2012 he will be an invited researcher in a research group in aesthetics in Karlsruhe (Germany) directed, among other leading intellectuals, by the philosopher Peter Sloterdijk (Critique of cynical reason). Matthieu Brouillard divides his time between Montreal, Bern (Switzerland), and the village of Ardez, in the Swiss Alps.
Website: http://www.matthieubrouillard.com