lundi 26 mai 2014

Edwin Janzen


Edwin Janzen
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)


Dans ma pratique en arts visuels, je crée des fictions intégrant des concepts tels que la sécurité, la surveillance et les technologies issues de la Guerre froide. J’étudie les mécanismes de la formation de la personnalité et de la constitution de la connaissance dans un climat de suspicion et de pénurie d’information fiable, alors que, autant le public que les législateurs, déplorent les constructions idéologiques sans issue et une sanction dénuée de véritable esprit critique face aux technologies. Je suis aussi intrigué de voir comment, malgré le climat de paranoïa et le militarisme, les nouvelles perspectives dans les domaines de l'art et des sciences ont réussi à pénétrer et à remodeler l’esprit de la population, de chaque côté du Rideau de fer, bien que ce remaniement se soit produit sous des formes variées. Ainsi, mes projets puisent à la culture du politique et du populaire de cette période, s’appropriant les tropes et les styles, les contenus narratifs et les traditions. À cet égard, je m’intéresse tout particulièrement au corpus du cinéma de l’époque de la guerre froide, à la littérature de science-fiction et aux appareils électroniques utilisés par les consommateurs, et c’est pourquoi son vocabulaire vivant transpire dans l'ensemble de mon travail.

Né à Winnipeg, l’artiste en arts visuels, Edwin Janzen, vit présentement à Montréal, où il explore l’imagerie numérique, la photographie, la vidéo, l’installation, le livre d’artiste et divers autres médias. Ses œuvres ont été exposées dans plusieurs galeries à travers le Canada. Edwin a obtenu une maîtrise en beaux-arts à l’Université d’Ottawa en 2010 et un baccalauréat en arts visuels de l'Université Concordia en 2008. En 1993, il a également reçu un baccalauréat en Histoire (empire Byzantin) de l’Université du Manitoba. Edwin siège sur le conseil d’administration d’Articule, un centre d’artistes autogéré.

http://www.edwinjanzen.com/


***************

Edwin Janzen
Artist in Residence 
 In my visual art practice, I create fantasies of security, surveillance and technology inspired by the Cold War. My work examines how human character and knowledge are formed in a climate of suspicion and a dearth of reliable information, as public and policy makers alike languish in the grip of irresolvable ideological fantasies and an insufficiently critical embrace of technology. I am also intrigued by how, despite this climate of paranoia and militarism, new possibilities in art and science penetrated and reshaped the public mind—on both sides of the Iron Curtain, albeit in different forms. Therefore, my projects draw upon the political and popular culture of the period, appropriating its tropes and styles, narratives and traditions. In this regard, the fields of Cold War cinema, sci-fi literature and consumer electronics are particularly exciting to me, and their vivid aesthetic vocabularies appear and operate throughout my work.

Winnipeg-born, Montreal-based visual artist Edwin Janzen works in digital imaging, photography, video, installation, artist books, and other media. His work has been exhibited in galleries across Canada. Edwin completed his MFA at the University of Ottawa (2010) and his BFA at Concordia University (2008). He also holds a BA in history (Byzantine Empire) from the University of Manitoba (1993). Edwin serves on the board of directors of Articule, a Montreal artist-run centre.

http://www.edwinjanzen.com/

mardi 20 mai 2014

KARINE PAYETTE


KARINE PAYETTE
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)
Utilisant principalement le médium de l’installation, mais aussi ceux de la photographie et de la vidéo, Karine Payette réalise des environnements fictifs qui font office d’arrêt sur image et de narration suspendue.

Dans son travail, elle construit de vastes mises en scène oniriques à partir d’objets banals fabriqués de manière hyperréaliste dans le but de produire quelque chose de narratif qui évoque la précarité du monde qui nous entoure. Par l’utilisation ludique d’objets du quotidien transposés dans des situations extraordinaires, elle joue et déjoue notre vision des choses, afin de nous faire réfléchir sur l’instabilité de la matière et des formes avec lesquelles nous cohabitons. Elle s’interroge sur les notions de confort et de contrariété dans un monde en perpétuelle transformation.

Titulaire d’une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’UQAM, Karine Payette vit et travaille à Montréal. Ses oeuvres ont fait l’objet d’expositions individuelles, notamment à la Galerie de l’UQAM (Confort instable, 2012) et à Le lieu, Centre en art actuel à Québec (L’autre dimanche matin, 2012). Elle a également participé à des expositions collectives, en particulier au 31e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul qui avait pour thème Agir et à l’exposition inaugurale au Centre Bang de Chicoutimi avec son installation À distance perdue. À l’automne 2014, il sera possible de voir ses nouvelles productions au Musée d’art contemporain de Montréal (MACM) dans le cadre de la série documentaire sur l’art contemporain Artistes à l’oeuvre organisée par Arsenal art contemporain, en collaboration avec le MACM. En novembre 2014, elle exposera en solo à la maison de la culture du Plateau-Mont-Royal.

http://www.karinepayette.com

***************

KARINE PAYETTE
Artist in Residence
Working primarily in the medium of installation, but also that of photography and video, Karine Payette creates fictional environments that function as freeze frames in which narratives are suspended.

In her work, she uses everyday objects to construct extensive dream-like scenes in a hyperrealist manner. These mises-en-scène serve to hint at a potential narrative which evokes the precariousness of our surrounding world. Through the playful use of everyday objects that are transposed into extraordinary situations, she craftily toys with our vision of things, so as to stimulate reflection about the instability of the materials and forms which are part of our living environments. She questions notions of comfort and displeasure in a perpetually transforming world.
Karine Payette, who holds a MFA from UQAM, lives and works in Montreal. Her works have been displayed in solo exhibitions, notably at the Galerie de l’UQAM (Confort instable, 2012) and at Le lieu, Centre en art actuel in Quebec City (L’autre dimanche matin, 2012). She has also participated in group exhibitions, in particular in the 31st International Symposium of Contemporary Art of Baie-Saint-Paul held under the theme of To Act, and in the inaugural exhibition of the Centre Bang in Chicoutimi with her installation À distance perdue. In the Fall of 2014, her new works will be shown at the Musée d’art contemporain de Montréal (MACM) as part of the documentary series on contemporary art put together by Arsenal art contemporain, in partnership with the MACM. In November 2014, a solo exhibition of her work is being presented at the Maison de la culture du Plateau-Mont-Royal.

http://www.karinepayette.com

lundi 12 mai 2014

Caroline Boileau

Caroline Boileau
Artiste en résidence / Artist in Residence
(English follows)


Depuis 1995, j’utilise l’installation (dessins, objets et photographies), la vidéo et la performance pour examiner les connexions, les zones d’échanges possibles, entre le corps et son environnement. Je conçois le corps comme une construction sociale et, en ce sens, je m’intéresse à l’influence de la médecine  et de l’espace domestique sur la compréhension de ce qui nous constitue comme êtres humains. À travers les différents rôles sociaux que nous habitons et qui nous traversent, ce sont les différentes façons d’habiter, de représenter et de parler du corps qui me fascinent.

Caroline Boileau a participé à plusieurs résidences au Canada et en Europe. Son travail a été présenté lors d’expositions au Canada, aux États-Unis, en Belgique, en Espagne, en Autriche, en Finlande et au Brésil. Elle détient une maitrise de l’université Concordia. Et son travail en dessin est représenté par Espace Robert Poulin à Montréal.

Récemment, elle a présenté La cartographie du soi, dans le cadre des ateliers Êtes-vous allergiques au XXIe siècle? qui accompagnaient l’exposition En imparfaite santé - La médicalisation de l’architecture au CCA (mars-avril 2012); un projet d’occupation et d’habitation du Parc Médéric-Martin, ACUTIS, dans le cadres des Occurrences estivales organisées par le Péristyle Nomade (juillet 2013) ainsi que Points de suspension, une série de performances à la Galerie Leonard-et-Bina-Ellen (décembre 2013). En 2014, elle a présenté l’installation Les envolées dans le cadre du Colis suspect à l’aéroport des Iles-de-la-Madeleine (Admare, janvier-février 2014) et présentera une seconde version de la performance L’incubateur à textes et à dessins dans le cadre de l’événement De part et d’autre de la baie vitrée présenté dans la ville de Québec par Folie culture (septembre 2014).

http://carolineboileau.com/

***************
 
Caroline Boileau
Artist in Residence Since 1995, I have been using installation (drawings, objects and photographs), video and performance to explore connections, possible areas for exchanges between the body and its environment. Understanding the body as a social construction, I am interested in the influence of medicine and domestic space on the understanding of what constitutes us as human beings. Through the different social roles that we toy with and come to internalize, I am fascinated by the various ways in which one can inhabit, depict and talk about the body.

Caroline Boileau has participated in residencies in Canada and in Europe. Her work has been presented in exhibitions in Canada, USA, Belgium, Spain, Austria, Finland and Brazil. She holds an MFA from Concordia University and her work in drawing is represented by Espace Robert Poulin in Montréal).

Recently, she presented Mapping the Self as part of the workshops Are you allergic to the 21st Century? accompanying the exhibition Imperfect Health – The Medicalization of Architecture at the CCA (March-April 2012); a public intervention project in the Médéric-Martin Park, ACUTIS, as part of Occurrences estivales presented by Péristyle Nomade (July 2013) and Ellipsis, a series of performances at the Leonard and Bina Ellen Art Gallery (December 2013). In 2014, she presented the installation Les envolées as part of Colis suspect at the Iles-de-la-Madeleine airport (Admare, January-February 2014) and in September, she will be presenting a second version of the performance L’incubateur à textes et à dessins as part of the event De part et d’autre de la baie vitrée organized in Québec City by Folie culture.

http://carolineboileau.com/