samedi 8 septembre 2012

Exposition Catherine Bodmer Exhibition‏


Catherine Bodmer 
CAMELLONES English follows
EXPOSITION du 13 septembre au 14 décembre 2012
VERNISSAGE le jeudi 13 septembre à 17h00
L’exposition Camellones présente mon travail récent, développé suite à deux résidences de recherche que j’ai effectuées dans la ville de Mexico en 2010 et 2011. Envisageant cette mégalopole comme une matière vivante qui se transforme constamment, j’étais curieuse d’interroger les zones vides d’une ville qui abonde de gens et de choses. M’inspirant de l’image des limbes, cet espace intermédiaire entre paradis et enfer, je me suis attardée à des lieux de passages typiques des infrastructures modernes, tels les camellones, terme employé par les Mexicains pour désigner les terre-pleins parfois immenses séparant les avenues qui ceinturent ou traversent la ville. Les images montrent des sites délaissés, à mi-chemin entre terrain vague et terrain de loisirs. Ils sont vidés du jeu social qui pourtant, suite à des tentatives municipales, devait les rendre plus attirants.À partir du matériel photographique que j’ai rassemblé à Mexico, j’ai développé des séries d’images en utilisant des stratégies de dédoublement et de multiplication, de symétrie et d’asymétrie. Je pars de l’idée qu’un lieu (et l’expérience que l’on en fait) est avant tout un agencement de variables où rien ne reste vraiment fixe; je m’intéresse à son potentiel, à ses possibilités de représentation. " [ ... ] Grâce au numérique, l’artiste confond [...] les repères spatiotemporels, construisant une réalité recomposée par la multiplication de l’espace initial qui devient en ce sens inépuisable "1 . Ainsi, les lieux représentés renvoient à eux-mêmes dans une boucle infinie, suggérant les contradictions inhérentes au désir de reconstituer un paradis perdu. -CBOriginaire de Zurich, Catherine Bodmer vit et travaille à Montréal depuis 1996. Ayant obtenu un diplôme de l’École des Beaux-arts de Lucerne, elle est titulaire d’une maîtrise en arts plastiques de l’Université du Québec à Montréal (1999). Son intérêt pour la singularité des lieux et des matériaux du quotidien, ainsi que l’idée de répétition et de transformation sont au cœur de son travail. Sa pratique artistique comprend des installations, des œuvres in-situ et des photographies, qui ont été présentées dans des expositions individuelles et collectives à travers le Canada, ainsi qu’au Mexique et à Taiwan. Récipiendaire de plusieurs bourses des conseil des arts, tant fédéral que provincial, elle s’est vu décerner en 2008 le Prix du duc et de la duchesse d’York en photographie du Conseil des Arts du Canada. En 2010, elle a réalisé une résidence de création à Mexico dans le cadre du programme des ateliers-résidences du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Fondo Nacional para la Cultura y las Artes. Elle y est retournée un an plus tard afin de poursuivre son projet photographique au Centro Arte Diseño Multimedia (ADM).1 Des particules urbaines, par Marie-Ève Charron, citation tirée de l’ouvrage à paraître Catherine Bodmer - Mexico DF (détails), SAGAMIE édition d'art, Alma 2012.

************
Catherine Bodmer
CAMELLONES 
EXHIBITION September 13 to December 14 - 2012
OPENING Thursday, September 13, 17:00
The Camellones exhibition presents my most recent work, completed following my two research residencies in Mexico City in 2010 and 2011. I envisaged this megalopolis as a constantly evolving living mass and I set out to explore the empty spaces scattered throughout this city so thickly packed with people and things. Inspired by the image of limbo, the intermediate zone between heaven and hell, I visited the transit zones typical of modern infrastructures, such as the Camellones, the term used by Mexicans to describe the sometimes immense median strips dividing the avenues which circle or cross the city. The images reveal neglected sites, half-way between vacant lots and recreational parks. The social dynamic is absent from these places despite the efforts of municipal authorities to make them more attractive.Starting with the photographic material which I had gathered in Mexico, I put together series of photographs employing techniques of repetition and multiplication, of symmetry and asymmetry. I begin with the idea that any given space (and the experience we have of it) is first and foremost a collection of variables where nothing remains constant; my interest is in its potential, its possibilities of representation. “Digital imaging allows the artist to distort (...) the familiar spatio-temporal framework and construct a realigned reality through the multiplication of the original space, rendering it in this manner inexhaustible.” 2 The spaces which are represented refer constantly back to themselves in an interminable loop, providing an indication of the contradictions inherent in the desire to reconstitute a lost paradise. -CBOriginally from Switzerland, Catherine Bodmer has lived and worked in Montreal since 1996. She obtained a diploma from the School of Art of Lucerne and holds a master’s degree in visual arts from the Université du Québec à Montréal (1999). Her interest in the singularity of places and materials of the everyday, as well as ideas of repetition and transformation are at the centre of her work. Her art practice includes installations, site-specific works and photography that have been presented in individual and group exhibitions throughout Canada, as well as in Mexico and Taiwan. A recipient of several grants from both federal and provincial Arts Councils, she received the Duke and Duchess of York Price of Photography of the Canada Council for the Arts in 2008. In 2010, she carried out a residency in Mexico City as part of the studio-exchange programme of the Conseil des arts et des lettres du Québec and of Fondo Nacional para la Cultura y las Artes de Mexico. She returned a year later to pursue her photographic project at Centro Arte Diseño Multimedia (ADM).2 Des particules urbaines, by Marie-Ève Charron, an extract from the soon to be released book Catherine Bodmer - Mexico DF (détails), SAGAMIE édition d'art, Alma, 2012.

Aucun commentaire: